Réalisation du Tram : La Ville de Liège devant ses responsabilités !

Publié le mercredi 18 juillet 2012

Ecolo–Liège se félicite du choix majoritaire des Liégeois pour un design du Tram qu’ils qualifient eux‐mêmes de moderne, novateur, original et fluide. Ils le voient « généreux, agréable, souriant, ouvert, sympathique », très liégeois, en somme !

Ce choix, validé par le Comité exécutif sur proposition du Ministre de la Mobilité, annonce les étapes suivantes : la construction des rames, le choix des équipements et du mobilier urbain, et aussi les importants travaux qui seront nécessaires pour son insertion dans la ville.

Demain, les travaux...

La réalisation du tram ne passera en effet pas inaperçue. Des chantiers se déploieront dans la ville, des habitudes seront chamboulées ... Comme beaucoup d’habitants et d’usagers de villes européennes le vivent ou l’ont vécu, les Liégeois vont connaître demain –et pour quatre années– une révolution urbaine !

Ecolo–Liège veut que cette période ne soit ni une cohabitation, ni une confrontation ! Le tram doit être fait pour les Liégeois, avec les Liégeois.

Ecolo–Liège veut insister encore sur la nécessité de poursuivre un large travail d’information sur les conséquences de l’arrivée du tram à Liège. Il y aura des désagréments, mais aussi et surtout, des bénéfices à longs terme. Le tram, ce n’est pas une « évolution » de la mobilité à Liège. Le tram, c’est une « révolution » de la mobilité à Liège ! Chacun doit prendre conscience des bénéfices que cette entreprise apportera aux habitants de Liège et de sa périphérie, à ceux qui fréquentent nos pôles d’enseignement, aux commerçants, aux entreprises et à tous les usagers de la Ville.

La réalisation du tram ne peut s’apprivoiser que si elle est expliquée avec toutes les mesures qui l’accompagneront et renforceront son utilité et son attractivité. Ecolo–Liège réaffirme ses propositions de :

  • piétonisation du centre ville ;
  • mise en zone 30 des zones adjacentes ;
  • création de pistes cyclables le long du tracé et amenant les cyclistes vers celui–ci ;
  • nombreux points d’intermodalité jalonnant cette première ligne structurante.

Demain, les travaux... et quel rôle pour la Ville de Liège ?

La question des travaux et des changements que va opérer le Tram, auprès de riverains et de commerçants, dont ceux de l’emblématique Batte et de la Foire d’octobre, nous invite à une interpellation pressante auprès des autorités communales liégeoises. Parmi les acteurs publics, la Ville est en effet en premier chef la bénéficiaire de la plus–value « tram ».

Les consultations effectuées par Groupe local Ecolo de Liège –et le bon sens, vertu bien liégeoise !– confirment l’absolue nécessité de mesures fortes d’accompagnement qui anticiperont les perturbations ou les changements à venir.

À titre principal, nous identifions les besoins suivants :

  • des plans de redistribution des circulations et du stationnement –la Ville est ici l’acteur principal– doivent être dès à présent réfléchis, tant pour les mesures à prendre que pour leur mise en œuvre ;
  • les changements successifs dans les habitudes des Liégeois (circulation, stationnement, transports en commun, ...) devront faire l’objet d’une information claire et actualisée. Il faut le plus tôt possible créer les canaux de communication actifs, afin que tout usager de notre ville les intègre dans on quotidien (la page « Tram » du site internet de la Ville contient aujourd’hui quatre infos, dont trois sont obsolètes... ;
  • il faudra développer des actions volontaristes et alternatives en matière de mobilité pour les Liégeois, à mettre en œuvre dès le début des travaux, pour encourager le choix de nouveaux modes de déplacement. Notamment le vélo, qui s’accommodera plus facilement des travaux ;
  • des parkings de dissuasion adéquats (capacité, accessibilité) aux entrées de la ville seront plus que jamais nécessaires. À Coronmeuse par exemple, la Ville doit jouer un rôle moteur ;
  • le commerce résident et ambulant devra faire l’objet d’une attention particulière, pour maintenir leur accessibilité ou trouver des solutions temporaires de localisation qui n’hypothèquent pas leur viabilité ;
  • une information claire sur les possibilités de compensation offertes aux commerçants pendant les travaux. L’Échevinat du Développement économique et du Commerce est en première ligne...

Ces mesures doivent être coordonnées et intégrées. La mise en place d’un service de navettes entre les parkings périphériques et le centre, notamment vers le marché de la Batte, serait un bon exemple d’une réalisation concrète qui rencontre plusieurs besoins.

Pour Ecolo–Liège, le Collège doit prendre sans tarder l’initiative. D’une part, les services communaux doivent investir les multiples facettes de ce dossier, en anticipant les situations à venir. Et d’autre part, le Collège doit –le plus tôt possible– lancer un dialogue durable avec les Liégeois.

Ecolo–Liège souhaite la création d’une plateforme permanente de concertation et d’information sur le tram. Cette plateforme ouvrira des espaces d’échange entre les habitants, les usagers, les acteurs et les décideurs de la ville, le maître d’œuvre, et ceux qui de manière globale ou au jour le jour seront chargés de concrétiser nos espoirs. La Région fait et fera beaucoup en terme d’information. Il revient à la Ville d’enfin jouer son rôle, elle qui est par nature la première interlocutrice des habitants.

Cette initiative, parce qu’elle s’adressera aux Liégeois en tant que personnes responsables, capables d’exprimer un avis et de l’assumer–, permettra de trouver avec eux des solutions précises au gré de leurs besoins.

Bénédicte HEINDRICHS, Cheffe de groupe au Conseil communal, Tête de liste Ecolo

Daniel Wathelet, candidat n°4

Serge Scory, candidat n°16

A télécharger

CP_20120717.pdf
Document PDF - 229.6 ko - ouvrir document