Suivi de la délibération du 3 septembre 2007

Fermeture des bureaux de poste

Interpellation au Conseil Communal du 8 septembre 2008.

Monsieur le Bourgmestre se rend t-il bien compte que les Liégeois, outre des déplacements supplémentaires, vont devoir souvent attendre de 30’ à 1h pour être servis dans les bureaux de poste restants ?

Publié le jeudi 18 septembre 2008

A plusieurs reprises (30/09/2007 – 17/12/2007) je suis intervenu au conseil communal –ainsi que mes estimés collègues Raphaël Miklatzki, Fernand Deschampheleire, Benoit Drèze, Véronique De Keyser…- sur le problème de fermeture de bureaux de poste à Liège.

Le 3 septembre 2007, le cc a voté, à l’unanimité, la délibération suivante : « Informé par les médias de la nouvelle décision de la Poste de supprimer 7 bureaux de poste, dont ceux du Faubourg de l’Ouest, au 2ème semestre 2007 (après la fermeture de 9 bureaux au 1er semestre) et de les remplacer par des points poste, le conseil communal : -déplore l’absence de toute concertation préalable avec les responsables politiques locaux -déplore l’abandon du service public pour des raisons exclusivement économiques -demande à la Poste de postposer toute décision de fermeture de bureaux de poste -demande au Collège d’organiser avec la Poste une véritable concertation sur la politique De service de proximité que celle-ci compte mener »

D’autres conseils communaux ont voté une délibération allant dans le même sens (Herstal, Seraing, Ans, Mons…)

Le 7 septembre 2007, le Conseil Provincial de Liège votait une motion demandant à la Poste, notamment, « de veiller à une concertation réelle avec les pouvoirs publics locaux dans le cadre du contrat de gestion ».

Le 25 janvier 2008, en réponse à une plainte du Comité de quartier de Ste-Marguerite, Le Bourgmestre (Bgm) de Liège écrivait : « Soyez assuré que nous plaiderons auprès de M. Thijs, Administrateur délégué de la Poste, le maintien d’une présence postale de proximité ».

Pour suite de la délibération du conseil, le Bgm de Liège a organisé une rencontre entre représentants du Collège et du Conseil et les responsables de la Poste.

En mai 2008, la Députée socialiste Camille Dieu (Hainaut), a déposé une proposition visant à accorder un droit de préemption à la Commune lorsque la Poste ferme un bureau, ce qui signifie que « si la Commune est prête à créer une agence postale, la Poste ne peut plus chercher un partenaire privé pour ouvrir un simple point-poste ».

Le 20 juin, la Poste annonçait pour la fin de l’année 2008 (dans le cours du second semestre), la fermeture des bureaux de la rue de la Régence, de la rue St-Gilles, de Grivegnée (rue Falchena) et de Chênée (rue du Confluent). On approche ainsi de la volonté de la Poste de maintenir 1 bureau de poste par Commune (2 ou 3 pour les grandes villes). Ainsi, le Bgm de Mons, lors du conseil communal du 4 août 2008, a poussé une « gueulante » constatant qu’il ne restait plus que 3 bureaux de poste pour les 19 communes de Mons.

Heureusement, le 26 août 2008, la Poste annonçait qu’elle maintenait 9 bureaux de poste jusqu’à fin 2009 : St-Séverin, Bressoux-centre, Avroy, Angleur-centre, Jupille (rue de Visé), Liège-Guillemins, Lg-Longdoz (rue d’Harscamp), Lg-Perron, Rocourt (place reine Astrid). Elle confirmait néanmoins la fermeture des bureaux de Chênée (rue du Confluent), Régence, Grivegné et St-Gilles.

Monsieur le Bourgmestre pourrait-il me dire :

- S’il y a eu des concertations avec les services de la Poste, à quelles dates et sur quels sujets ?
- Si oui, quelles ont été les priorités du Collège quant au choix des bureaux de poste « de proximité » à maintenir, et sur quels critères ce choix a été opéré ?
- Si, en accord avec la proposition du Député socialiste Dieu, elle a opté –ou compte opter- pour que certaines antennes de quartier puissent exercer des activités de points-postes. Ceci permettrait d’augmenter leur attractivité et donc leur fréquentation. De plus, leur localisation dans un lieu public permettrait d’éviter une concurrence sur le plan commercial. Comme le disait le Président de l’Association des Commerçants du Faubourg Saint-Gilles, « si vous vous rendez dans un point-poste installé dans une grande surface, vous y ferez d’autres courses, au détriment des commerçants voisins ».
- Si, devant l’affluence actuelle dans les bureaux de poste de la place du Marché, il se rend bien compte que les Liégeois, outre des déplacements supplémentaires, vont devoir souvent attendre de 30’ à 1h pour être servis dans les bureaux de poste restants. Pour rappel, en 2005 (avant la fermeture des bureaux de poste depuis 2007), la Belgique comptait un bureau pour 7.395 habitants, ce qui la plaçait dans les 3 plus mauvais résultats au classement des nations européennes, devant l’Espagne et Malte (Eurostat).

Réponse du Bourgmestre : le Groupe de Travail (GT) étudie les mesures à prendre et envisage les propositions à formuler auprès de la Poste. Suite aux rencontres avec la Poste, 9 bureaux (au lieu de 6) resteront ouverts (assurance jusqu’à fin 2009 ?). Le GT étudie les aspects financiers et l’intérêt de l’administration pour reprendre les activités d’un bureau de poste ou d’un point-poste. .

A télécharger

Bureaux de poste
Document PDF - 12.4 ko - ouvrir document