Panneaux publicitaires illégaux

Le 25 mars dernier, à l’occasion de la journée mondiale contre la publicité, le collectif citoyen « Liège sans pub » avait recouvert un panneau publicitaire au coin de la rue du Mississipi d’une affiche proclamant « Sous ce panneau, un rempart du XIIIe siècle. »

Le collectif entendait dénoncer la présence de deux panneaux publicitaires de grande taille sur le Bastion Saint-Esprit, un rempart historique du 13 e siècle, reconstruit au 17e siècle. Selon les informations obtenues par le collectif, aucun permis d’urbanisme n’a jamais été délivré pour ces panneaux, qui seraient donc illégaux.

Rappelons qu’en 2017, Liège sans pub avait recueilli plus de 5000 signatures pour demander au Collège communal de ne pas renouveler le contrat de « mobilier urbain » avec la société JC Decaux qui arrivait à échéance à la fin de l’année. Le Collège avait décidé malgré tout de signer un nouveau contrat pour 15 ans, invoquant l’impératif budgétaire.

Toutefois, en réponse à l’interpellation citoyenne du collectif, vous aviez déclaré partager l’envie de libérer l’espace public de la publicité. Vous avez d’ailleurs annoncé que le Collège viserait désormais un objectif de « phasing out » de la publicité dans l’espace public, à travers une réduction (de 10 %) du nombre de faces publicitaires dans le nouveau contrat, et par le refus d’octroi de permis aux panneaux installés indépendamment de ce contrat.

À ce sujet, Liège sans pub a calculé que les panneaux de type « billboards » installés le long des routes et sur les façades de Liège représentent actuellement une surface publicitaire totale équivalente à 1,5 terrain de football. Or, d’après les informations recueillies par des citoyens auprès des services de l’urbanisme, il semble que plusieurs de ces panneaux, installés sur des terrains publics et privés ou des façades privées, ne fassent pas l’objet d’un permis d’urbanisme en règle.

Suite à l’action du 25 mars, vous aviez annoncé, d’une part, que les demandes de permis relatives à l’installation de dispositifs publicitaires seraient désormais refusées, d’autre part que vous vérifieriez la situation légale des panneaux installés sur le Bastion Saint-Esprit et que « des mesures seraient prises » s’ils étaient effectivement illégaux.

Trois mois plus tard, pourriez-vous nous communiquer le résultat des vérifications relatives aux panneaux du Bastion Saint-Esprit ? S’il s’avère que ces panneaux sont effectivement illégaux, quelles actions envisagez-vous ?

De manière plus globale, quant à la problématique des panneaux installés illégalement, quelles actions la Ville envisage-t-elle de mettre en place ? Est-il envisagé de recenser et de faire démonter ces panneaux, en exigeant une indemnisation pour l’occupation
illégale de l’espace public ?

Pour ce qui est des demandes d’installation de nouveaux panneaux publicitaires, confirmez-vous que la politique du Collège est de s’opposer à ces demandes ?

Lors du Conseil communal d’avril, je vous interpellais déjà sur l’installation d’abribus publicitaires dans la rue Hors-Château, que vous aviez pourtant désigné comme l’une des zones qui seraient préservées de la publicité dans le nouveau contrat. Vous m’aviez renvoyé vers l’administration, mais celle-ci n’a pas été en mesure de répondre à ma question ni de me transmettre le texte du contrat passé entre la Ville et l’entreprise JC DECAUX. Pourriez-vous donc m’indiquer si les zones « sans pub » que vous aviez promises dans
le cœur historique ont bien fait l’objet d’un engagement écrit entre la ville et l’entreprise publicitaire ? Si c’est le cas, quelles mesures sont-elles envisagées face au non-respect de cet engagement ?

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS