Rehausses et surélévations à Liège: l’avenir du “foncier aérien”

Mme l’Echevin,

Le dernier conseil en date nous à vu briser quelques lances concernant la vision du Collège en matière d’urbanisme, d’aménagement du territoire et de patrimoine. Je ne vous surprendrai pas en vous interpellant, sur un mode à la fois positif et propositionnel, qui a trait à ces trois thèmes.

On s’interroge beaucoup de nos jours sur comment bâtir de l’ordre de 15000 nouveaux logements en une dizaine d’années en région liégeoise, sur comment préserver les espaces verts, sur comment préserver et valoriser le bâti ancien du centre historique…

À cet égard nous disposons sans bien l’identifier d’une ressource foncière abondante, bon marché, idéalement située et parfaitement desservie par les équipements modernes, il s’agit des dessus d’immeubles anciens comme plus récents que l’on dote de « rehausses », « exhaussements » ou « surélévations » de plusieurs étages.

Y construire coûte beaucoup moins cher au m2 que des immeubles neufs (ni démolition ni foncier à financer), avec de nouveaux biens de grande valeur. Cela renforce l’attractivité des immeubles sans les dénaturer ainsi que des quartiers qui les abritent (centraux comme péri-centraux). Cela préserve les espaces verts et l’environnement via une isolation accrue (déperditions = 40% par la toiture!).

Mes questions sont dès lors les suivantes:

1. La Ville compte elle adopter un attitude positive et proactive quant à ce genre de projets: soutien, études, publications ou co-publications à l’attention des architectes, ingénieurs en stabilité, particuliers et professionnels de la construction?

2. La Ville, en ce compris RCA et CPAS, compte elle mener une politique ambitieuse et exemplaire via ses propres biens: dénombrement précis des biens à haut potentiel, liste de priorités, plan d’actions phasé et daté?

Merci d’avance pour vos réponses,

Bien à vous,

Quentin le Bussy pour le groupe Ecolo

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS