Pour un moratoire sur les démolitions patrimoniales à Liège

Liège, en enfant gâtée, brûle ce qu’elle a adoré, ce qu’elle prétend chérir et protéger. Ainsi nous assistons à l’épilogue navrant de la Maison Rigo: le Collège et son échevin en charge du « patrimoine » (avec les guillemets qui seyent) achèvent un show qui ne restera dans les annales ni par la qualité du scénario ni par le talent des showrunners – sans revenir sur la comédie qui nous fut jouée lors des épisodes successifs consacrés au sauvetage.

Le débat pichrocolin du faux-vieux est périmé car on ne lutte ni en vers ni en prose contre les bulldozers. J’ai essayé, nous avons essayé avec tant d’autres camarades – individus comme collectifs – de raisonner, de formuler foule de propositions mais tant s’en faut: quand on a la tête en forme de marteau on voit tous les problèmes sous forme de clou.

La Maison Rigo est dans la vue: c’est rigoureusement exact. C’est oublier un peu vite qu’elle l’était DÉJÀ quand l’idée même d’une nouvelle gare à émergé il y a plus de 20 ans. Je peux vous faire une prédiction: il y aura TOUJOURS à Liège un monument, un pan de patrimoine, dans le chemin ou la vue. Liège est une Cité millénaire et chacun de nous ne fait qu’y passer et tenter de la transmettre plus ou moins intacte voire augmentée.

Ma question est simple M. Firket: êtes vous favorable à un moratoire sur la démolition d’immeubles patrimoniaux à Liège?

J’y suis, pour ma part, résolument favorable.

Quentin le Bussy pour le groupe Écolo de Liège

 

Réplique à l échevin du patrimoine, Michel Firket :

M. Firket,

Comme de coutume votre réponse est décevante, et cette fois elle est en plus particulièrement énervante. Les arrachages à l’intérieur ont déjà commencé alors que des actions sont encore pendantes devant la Justice.

D’habitude vous ergotez et tournez autour du pot entre autres manoeuvres dilatoires, et quand il n’y a pas de mépris on peut s’estimer heureux. Cela fait 5 ans pour moi que ça dure. J’en ai assez et un paquet de liégeois.e.s avec moi. Sur Rigo je vous ai parlé questions, propositions et vous m’avez répondu abandon et démolition : à chacun son langage mais le lexique utilisé trahisse les intentions.

Depuis 50 ans démolir à Liège n’est pas un acte tabou. On aurait pu croire que la notion de “Bruxellisation” ou le trauma de la “Place Saint Lambert” aie pu nous vacciner contre des expédients de ce genre, mais ce n’est PAS le cas. On flanque la tour de Dedoyard par terre alors qu’on a à peine fini de la payer, pour reconstruire et payer encore ; on flanque les tours de Droixhe par terre alors qu’on a MEME PAS encore fini de les payer et qu’il manque des centaines de logements sociaux ; on flanque Rigo par terre parce que démolir est la réponse urbanistique par défaut dans notre bonne Ville de Liège. Pour se donner une idée, le PRU du autour de la rue Léopold c’est plus de 25 immeubles et sites classés ou mentionnés au patrimoine, et rien ne leur garantit un avenir: la notion de “Coeur historique” dans une cité millénaire comme la nôtre, est rudement galvaudée…

Monsieur Firket, vous vous la jouez juriste quand ça vous chante alors je vais la jouer historien parce que ça me plaît: les sites classés et dignes d’intérêts ne vous ont pas attendu pour être remarquables. Pétrarque ne disait pas autre chose il y a huit siècles. Le premier devoir d’un édile en charge du patrimoine devrait être de n’aliéner aucune part de ce “bien commun” qui appartient à tous liégeois, ceux de la Ville, ceux de l’agglomération et même des principautaires pour certains, de Hasselt à Couvin. Liège n’est pas non plus un musée: elle vit, danse, mange, boit, meurt naît un peu chaque jour.

Les étudiants en architecture des années 70 disaient “Plutôt l’abstinence que Lejeune”, faisant référence à cet échevin libéral qui fit tant de tort à notre cité. Jean Lejeune détruisait Liège parce qu’il avait une vision; quant à vous M. Firket vous la détruisez parce que vous n’en avez pas. Je vous ai exhorté 5 ans durant à faire plus, mieux, propositions concrètes à l’appui: Institut Montéfiore, patrimoine industriel, Ste Croix, Maison Rigo, églises à réaffecter… Au vu des résultats, je vous enjoins Monsieur Firket, pour cette dernière année de mandature communale, à ne plus rien faire du tout.

 

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS