Nuisances sonores des Ardentes et de Cap Sud Blanche place des Carmes

Monsieur le Bourgmestre,

Nous avons été interpellés par des riverains du Festival des Ardentes et de la soirée Cap Sud Blanche  (la place des Carmes) qui constatent et se plaignent d’une évolution significative des nuisances sonores de ces deux activités musicales.

Loin de nous l’idée de remettre en cause ce type d’événement, mais plutôt la manière dont sont respectées les normes de bruit en vigueur et le dépassement des horaires de fin d’activité., ainsi que la privatisation de l’espace public dans le cas de la place des Carmes.

Pour les deux situations des enregistrements réalisés par les riverains indiquent nettement que le niveau de bruit est très élevé et perçu nettement jusqu’à 2 km pour les Ardentes. Et que pour les riverains plus éloignés des scènes, ce sont les infras basses qui sont les plus perturbantes ? Un vrai problème de santé publique, y compris pour les participants à des activités.

Le principal reproche qui vous est fait, comme responsable de la police, c’est la façon dont les plaintes ont été traitées ou plutôt ignorées. Dans les deux cas la police, soit n’est pas intervenue, soit était injoignable ou de son propre aveu dans l’incapacité d’intervenir vu d’autres urgences.

  • La réaction des riverains est le dépit d’être ignoré ou simplement n’avoir pas de suite à leur demande légitime. Ils se demandent pourquoi pour ces activités précises il y a plus de permissivité que pour d’autres ?
  • Quelles dispositions envisagez-vous pour limiter au maximum les nuisances pour les riverains avant ces évènements ?
  • Comment entendez-vous faire respecter les normes de bruits et les horaires ?
  • Quels sont vos critères pour autoriser ou pas ce type d’événement en milieu densément habité, en particulier en soirée ?

Bien à vous,

Pour le groupe Ecolo,

Daniel Wathelet, conseiller

Suite :

Le bourgmestre annonce deux rapports de police et des services sur ces nuisances. Il lui est suggéré de les communiquer aux citoyens pour démontrer son action et l’impression de laxisme dont il se défend.

À l’argument d’un manque d’effectif nous rappelons la suggestion de mettre en place un » bourgmestre de la nuit » pour assurer une préparation en amont avec les différentes parties prenantes, d’assurer la médiation nécessaire et aussi un travail de test en amont des évènements et un encadrement pendant ceux-ci.

Ecolo ne demande pas d’interdire des évènements mais de créer les conditions d’un bon déroulement prenant en compte les besoins de chaque partie. Nous insistons sur la prise en compte de l’impact santé de ces nuisances, qui touche en premier lieu les participants à ces évènements, en signalant que la Belgique connaît 30.000 nouveaux cas d’acouphène par an dont 20.000 jeunes. Ce qui renvoie à la nécessité d’une prévention plus intense.

La question des infras-basses sur la place des carmes aurait été réglée par l’organisateur. Aucune réponse sur la privatisation de l’espace public.

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS