Interpellation pour une rentrée active !

Messieurs les échevins Stassart et Léonard,

Driiing driiing c’est la rentrée ! Le moment où les habitudes de l’année vont se mettre en place, où on planifie les déplacements, comment et qui ira conduire et rechercher les enfants à l’école.

Aujourd’hui à Liège, la grande majorité de ces déplacements se font en voiture, faute d’alternatives crédibles. D’une part, ce choix collectif de mobilité n’est pas sans conséquences. Tout d’abord, la forte affluence de véhicule aux abords des écoles en heure de pointe contribue à la mauvaise qualité de l’air à Liège, ce qui a un impact tant sur les changements climatiques que sur la santé des citoyennes et citoyens, et plus encore sur celle des élèves. En effet, une étude a récemment prouvé que cette concentration de véhicules a un effet direct sur la qualité de l’air dans les classes. D’autre part, ce moyen de déplacement sédentaire et source de stress (embouteillages, nuisances sonores, … ) ne met pas nos enfants dans de bonnes conditions pour bien démarrer leur journée.

Ne serait-il pas temps de développer des alternatives écologiques aux déplacements de nos enfants ?

Que pensez-vous de ces 4 propositions visant à favoriser les déplacements actifs qui pourraient être rapidement être mises en œuvre dans notre réseau scolaire ?

  • Sécurisation des itinéraires pour les écoles disposant d’un haut potentiel cyclable (écoles de fond de vallée, écoles des plateaux comme à Rocourt ou à Grivegnée). C’est indispensable si on veut amorcer un changement, car si lorsqu’on interroge les enfants, l’enthousiasme est toujours très présent pour pouvoir se rendre à l’école à vélo, c’est la douche froide chez les parents. Cela passe notamment par la définition d’une stratégie « zone 30 étendue » (comme celle menée à Bressoux ou plus récemment au Longdoz) et le dégagement au maximum des abords d’école des voitures ventouses.

  • Création de parkings vélos sécurisés dans l’enceinte des écoles primaires et secondaires communales. En effet, les parkings extérieurs sont peu sûrs et décourageants pour le stationnement longue durée.

  • L’imposition du brevet cycliste pour les élèves de 5ème primaire avec l’objectif que tous les élèves qui entrent en secondaire disposent de ce brevet d’ici 2020.  En effet, cette démarche a déjà été mise en place par le passé et se poursuit selon le bon vouloir de certains enseignants. Nous pensons qu’il est essentiel de le généraliser.

  • La désignation d’un conseiller ou d’une conseillère en mobilité au sein du corps enseignant de chaque école qui pourrait insuffler divers projets, en mettant les parents en contacts, comme le co-voiturage ou les pédibus.

Nous sommes convaincues que ces quelques pistes concrètes peuvent constituer un solide « coup de pouce » à ce que nos jeunes concitoyens puissent bénéficier d’une rentrée active dans une ville moins polluée. Cette politique du « nudge », des incitatifs simples et efficaces, devrait accompagner le plan de mobilité qui nous a été présenté en mai dernier sur lequel nous aurons par ailleurs à revenir.

Merci pour vos réponses,

 

Bénédicte Heindrichs et Sarah Schlitz

Conseillères communales Ecolo

Ville de Liège

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS