Site de l’évêché : cessons de détruire le patrimoine liégeois !

Mme l’Echevin,

Depuis des années est entamé un salutaire travail sur les PCA anciens et obsolètes, dont je pense il faut vous porter crédit ainsi qu’aux services concernés. Encore faut il, je le pense sincèrement, ne pas les remplacer par de nouveaux PCA eux aussi très obsolètes… dans leur conception.

Nous en sommes à ce stade administratif dans un pré projet, une vision de masse qui détermine gabarits et silhouettes. C’est à dire qu’il est encore temps de changer radicalement d’optique pour un site important de l’hyper-centre, avec une composante patrimoniale forte!

En effet ce qui est présenté manque tout à la fois de vision, d’ambition et de respect du patrimoine. Je ne vous ferai pas l’article de l’intérêt patrimonial de la piscine de l’évêché, il me semble incontestable et bien établi, c’est un témoin fort du mouvement moderniste à Liège. En revanche il s’agit d’un des derniers ensemble peu bâti du centre, et deux options sont possibles: soit la préservation patrimoniale et l’ouverture d’un nouveau parc, soit une urbanisation ambitieuse (je dis bien: ambitieuse). Ce qui nous est proposé ne réalise ni l’un ni l’autre: la conception peu crédible non seulement d’un parc mais d’une coulée verte franchement hypothétique pour faire admettre la massification à front de rue, chaque tour étant l’appel de la suivante, pour lui “répondre”. D’un point de vue technique et administratif, on sait l’urgence à avancer: le CODT prendra effet le 1er juin, or le travail a été cochonné par la majorité au pouvoir à Namur, puisqu’une nouvelle-nouvelle mouture est déjà attendue. J’y opposerai personnellement l’urgence à tout changer.

In fine, je pense que la Ville devrait d’urgence entrer en contact, mais plus encore en dialogue avec le propriétaire principal de la parcelle, à savoir l’Évêché. Il a mieux à faire aux Prémontrés.

Je pense, nous pensons:
Qu’il faut sauvegarder de patrimoine liégeois, civil et moderniste en l’espèce, de la destruction. Sous forme de bassin de natation ou d’un autre équipement communautaire, les possibilités sont innombrables.
Que les projets de logements voire de bureaux doivent être tout à la fois exigeant pour l’espace public, accessibles à tous pour ce qui concerne le logement, et efficaces en termes d’énergie.
Que l’intégration au bâti et aux voiries existants sont des conditions sine qua non de tous les projets, et singulièrement dans des parcelles denses de l’hyper-centre.

En conclusion, je pense que l’ambition n’est pas une possibilité mais bien une obligation s’agissant d’aménagement du territoire au coeur de la Cité. Liège doit apprendre de ses erreurs passées: on doit cesser séance tenante de démolir sans discernement si on veut une politique urbanistique, patrimoniale et touristique digne de ce nom. Sur sa place, André Dumont en sa statuaire pointe le sol, indiquant où creuser pour trouver le charbon… Aujourd’hui il vous dirait: c’est ici qu’il faut un projet visionnaire et ambitieux.

Quentin Le Bussy

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS