Interdiction de manifestation à Liège : demande de précisions

Monsieur le Bourgmestre,

 

Nous avons été surpris d’apprendre que la Ville de Liège a interdit le jogging du Blanc Gravier du dimanche 2 avril en raison du niveau d’alerte niveau 3.

Ce jogging, dont la date avait déjà dû être changée, était en préparation depuis plus d’un an. La communauté sportive s’inquiète de la grosse diminution de joggings autorisés : de 31 en 2016 à 21 en 2017.

Ceci nous semble faire échos aux mesures que vous avez annoncées lors du dernier conseil communal selon lesquelles plus aucune nouvelle manifestation sur la voie publique ne serait autorisée pour l’année 2017.

Il est vrai que la présence policière massive en rue et lors des manifestations, que vous avez décidée suite à l’augmentation du niveau de la menace, fait peser sur les travailleuses et travailleurs de la police une pression inacceptable, qui ne peut que s’en ressentir dans leur qualité de vie et dans celle de leur travail.

Néanmoins, cette décision soulève plusieurs questions :

  • Primo, une telle mesure s’appliquant aux manifestations citoyennes et politiques serait clairement anticonstitutionnelle. Pourriez-vous définir ce que vous entendez par manifestation et selon quels critères elle peut être interdite ?
  • Secundo, l’interdiction d’événements est-elle la meilleure manière de soulager nos forces de police? L’intervention lors de la manifestation de Vottem est un exemple d’une méthode lourde, coûteuse en heures et en moyens, anxiogène autant pour les agent·e·s de police que pour les manifestant·e·s, inutile et contre-productive au regard de son objectif de maintenir le calme. Au contraire, il nous semble qu’une stratégie d’intervention policière plus légère, moins violente, serait mieux à même de remplir ses objectifs et moins génératrice de stress pour les membres des forces de police. Qu’en pensez-vous ?

Sarah Schlitz, conseillère communale

Réponse du Bourgmestre :

  1. Les manifestations citoyennes à caractère politique ne sont pas concernées. Il ne s’agit donc pas d’interdire la liberté d’expression.

  2. Les nouvelles manifestations (c’est à dire celles qui ne sont pas récurrente ou qui n’étaient pas programmée l’année d’avant) ne seront pas autorisées. Exception à cette règle : les manifestations citoyennes à caractère politique, philosophique ou syndical qui sont l’expression de la vie démocratique.

  3. Concernant le jogging du blanc Gravier, il s’agit d’un nouveau jogging même s’il avait été préparé de longue date. C’est donc dans l’application de cette norme que la police a agi.

Réplique :

En ce qui concerne le jogging du blanc Gravier, ce genre d’événement ne s’improvise pas : il demande énormément d’heures de préparation, souvent bénévoles, ainsi que la réalisation d’outils de promotion. Par ailleurs, le calendrier des joggings étant très chargé, les organisateurs ne peuvent se permettre de déplacer un jogging au pied levé sous peine de faire de la concurrence à un autre.

Dans le contexte actuel, continuer d’autoriser et encourager des manifestations, qu’elles soient sportives, culturelles ou simplement récréatives est essentiel.

Une Ville comme Liège, en tant que pouvoir public, à une responsabilité dans le fait d’entretenir le vivre ensemble, de créer de la cohésion et du lien social et d’encourager la solidarité. Toutes ces manifestations y participent, nous avons le devoir de les soutenir et nous devons nous en donner les moyens !

Un exemple pour conclure : quand on voit que dans une ville comme Grenoble, qui a mis au cœur de son action de faire vivre la démocratie et la participation de toutes et tous à la chose publique, la candidate d’extrême droite ne réalise que le 5ème score, on se dit qu’il n’y a pas de hasard.

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS