Motion relative à l’intensification et à l’amélioration des mesures de protection de la population en cas d’accident à la centrale nucléaire de Tihange

Les mesures de sécurité prises par le niveau fédéral des personnes sont dramatiquement insuffisantes. Et cela à plusieurs égards.

Tout d’abord j’ai découvert avec stupéfaction que dans le plan d’urgence nucléaire (PUN), seuls les femmes enceintes et les jeunes enfants ont droit à une pilule d’iode. J’imagine avec consternation la mère de famille concernée en train de rationner ses capsules entre ses adolescents et ses enfants, ne sachant qui servir en premier !

D’autre part, je n’ai pas su s’il fallait rire ou pleurer, surtout en se remémorant les mensonges de Tchernobyl, en lisant que le plan d’action stipule qu’en cas d’accident les vents dominants ne porteront les poussières radioactives que sur quelques parties de la commune de Liege (4000 et 4031) ! De qui se moque-t-on ?

Mais les absurdités dans les mesures prévues ne concernent pas seulement la population sédentaire. La prévention dans son état actuel oublie tout bonnement que Liege est un pôle emploi de 100 000 personnes itinérantes et un pôle étudiant de plusieurs milliers d’élèves venus de toute l’agglomération quotidiennement. Les mesures de sécurité doivent être prises en conséquence et ce n’est pas le cas de toute évidence : la procédure administrative reporte au mieux sur les chefs d’établissements la responsabilité de tenir à la disposition des individus une pilule d’iode. Les mouvements de panique des parents, des travailleurs etc doivent être anticipés et pris en compte – et ce n’est nullement le cas.

Se fiera-t-on aux exercices réalisés ? Cela est risible. Celui du 16 novembre dernier est resté largement inconnu du grand public et sans aucune communication vers les conseils communaux

concernés des résultats de celui-ci. Sans compter que personne n’entend ni ne comprend les exercices réalisés mensuellement (à Angleur- exercice de sirène).

Nous savons que le risque d’un accident nucléaire augmente de mois en mois. Nous savons que toutes les grandes agglomérations étrangères voisines prennent au sérieux le risque nucléaire de Tihange et que notre propre état de conscience reste très largement en deçà de celui de ces voisines qui nous montrent l’exemple en termes de préparation et d’anticipation de ce qui pourrait se produire. Il est temps de sortir du déni et de nous préparer avec sérieux au risque nucléaire !

Attendu enfin que le parlement fédéral est en train de réviser les PUN

Le conseil communal demande au collège de sensibiliser le Gouvernement fédéral à la nécessité d’élargir

  • les catégories des personnes bénéficiaires d’une pilule d’iode ;
  • le périmètre d’intervention
  • la communication préventive et réactive
  • la préparation en terme d’exercices à grande échelle

Pour le groupe Ecolo,

 

Bénédicte Heindrichs, conseillère communale

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS