Confier la présidence du Conseil à un conseiller

Monsieur le Bourgmestre,

 

Les dernières séances de notre Conseil se sont déroulées de manière assez chaotique :

  • ROI non respecté, notamment lors des interpellations, malgré quelques mises en garde non suivies d’effets.
  • Longues absences de votre part, entraînant même des interruptions de débat, pour -notamment- vous permettre de rencontrer diverses délégations.
  • Ordres du jour chambardés par la mise en avant de certains points considérés comme prioritaires.
  • Confusion fréquente dans le sort réservé aux motions, traitées différemment selon les bancs dont elles sont issues.
  • Plannings de réunions bousculés en dernière minute rendant l’organisation des agendas et du travail de nombreux conseillers encore plus difficiles.

 

Monsieur le Bourgmestre, le Code de la démocratie locale et de la décentralisation modifié le 26 avril 2012 permet en son article L1122-34 paragraphes 3-5 l’attribution de la présidence à tout membre du Conseil autre que les membres du Collège et le/la président-e du CPAS .

 

Les arguments qui plaident en faveur d’une telle séparation des rôles sont nombreux et évidents :

  • Elle permet d’augmenter la qualité et la bonne tenue des travaux du Conseil : tous les travaux en dynamique de groupe et gestion de réunions savent qu’il est dommageable, sinon impossible, de cumuler les rôles d’animateur de séance et d’intervenant principal dans les débats.
  • Elle assure plus d’impartialité dans l’organisation des débats et le respect du ROI.
  • Elle lève toute ambiguïté liée au cumul des fonctions de président du Collège et du Conseil.
  • Elle assure le renforcement du Conseil en donnant à la présidence une position plus indépendante à l’égard du Collège. 

Monsieur le Bourgmestre :

 

Le CDLD permet de changer de président du Conseil en cours de législature.

  • Ne pensez-vous pas qu’à l’approche des élections il serait utile de remédier au risque de confusion des rôles et de confier la présidence du Conseil à un-e conseiller-e disposé et formé à assumer un tel rôle ?
  • Ne pensez-vous pas qu’une telle mesure vous permettrait de répondre plus à l’aise aux différentes interpellations et interventions, sans être chargé en même temps de la tenue des débats ?
  • En résumé, Monsieur le Bourgmestre, êtes-vous d’accord de mettre en œuvre la possibilité offerte par la loi de lever toute ambiguïté dans les présidences du CC et du Collège, dans votre propre intérêt comme dans celui du Conseil ?

 

Je vous remercie

 

Guy Krettels, conseiller communal

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS