Maison Rigo et porte d’entrée touristique Guillemins-Boverie

M. l’échevin Firket,

 

Depuis plusieurs mois voire années la Maison Rigo, construction de style néo-Mosan secoue le landerneau politique et patrimonial, domaine qui m’est cher comme vous le savez (nous avons déjà pu évoquer ensemble St Croix ou encore l’Institut Montéfiore). Destinée à être démolie, elle témoigne d’un passé glorieux et riche architecturalement, que ce soit en extérieur ou en intérieur. Ce réflexe, cette frénésie de démolition qui a tant coûté à Liège en bâtiments de qualité dans la deuxième partie du XXe siècle, doit s’arrêter. Je rappellerai ainsi le slogan des étudiants en architecture, opposés à l’échevin libéral qui fit tant de ravages : « Plutôt l’abstinence que Lejeune ». Je ne vous souhaite pas une semblable postérité, M. Firket.

 

C’est d’autant plus vrai que la Maison Rigo offre une vraie possibilité de valorisation, dans une matière qui vous est chère, celle du tourisme. Elle est en effet positionnée sur l’axe Guillemins-Boverie, entre modernité et patrimoine, mobilité et culture, tourisme et Art. Quelle métropole ne rêverait pas d’un Office de Tourisme d’envergure, idéalement positionné, entre deux symboles de son renouveau ? Une annexe moderne résoudrait le problème de la façade aveugle, en, faisant le chaînon manquant, la porte d’accueil sur le cheminement Gare Calatrava-Passerelle-CIAC-Médiacité-Allianz Hôtel, dans une optique d’intégration du bâti ancien au tissu urbain nouvellement dessiné !

 

C’est d’autant plus vrai que le hasard fait bien les choses :

  • Les Maisons du Tourisme sont en pleine mutations et ce site pourrait être une vitrine prestigieuse, un site d’information pour la Ville mais pour tout le Pays de Liège, ce qui permettrait d’adjoindre la Province et ses ambitions de tourisme fluvial au projet.
  • Le local à l’intérieur de la gare est aujourd’hui impayable et doit trouver une solution alternative à court ou moyen terme.
  • Il faut doter cet axe touristique d’un site d’information à la fois fonctionnel, intégré et prestigieux ; celui de Féronstrée étant trop éloigné aujourd’hui

 

Dans ce contexte, M l’Echevin, pouvez-vous s’il vous plaît nous préciser :

  • Si une option « Valorisation Touristique » de la Maison Rigo est actuellement à l’étude ?
  • Si vous comptez surseoir à la démolition de cet édifice devenu emblématique de la lutte des forces vives liégeoises contre la démolition systématique de son patrimoine.

 

Merci d’avance pour vos réponses.

 

Quentin le Bussy, conseiller communal

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS