Vols de bons « sacs poubelles »

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les Échevins,

 

Certains ménages liégeois n’ont pas reçu cette année (et certaines années précédentes) leurs bons communaux pour leurs sacs poubelles. Certains y voient une lenteur administrative, d’autres se disent que la Ville possède un mauvais fichier adresse, apparemment différent de celui pour le courrier de la taxe poubelle qui, elle, arrive à bon port. En fait, non, rien de tout cela, je tiens à défendre la Ville. En réalité, ces bons poubelles ont en grande partie été … volés. C’est notamment le cas dans certaines rues des quartiers du Centre historique et de Saint-Léonard. Les bons de sacs poubelles, sous leurs allures innocentes, peuvent se transformer en trafic juteux. Vous attendez le jour où les courriers sont envoyés. Vous les ravissez dans les grands sacs de courriers de la poste, vous les raflez dans les boîtes aux lettres, et vous voilà avec une liasse de bons à échanger dans les points de vente agréés pour les réintégrer vous-mêmes dans le réseau commercial. À 10 euros le rouleau de 10 sacs de 60 litres, il y a de quoi facilement se remplir les poches.

 

Lors de la commission Police, j’ai eu l’occasion d’aborder ce problème avec Mr Renwa, directeur du plan zonal de la sécurité, qui m’a assuré que ce problème était géré par les services de Police et que les malfaiteurs étaient en grande partie identifiés. Mes questions se porteront plutôt sur les citoyens qui ont subi ce préjudice. Je m’explique : le site de la Ville ne donne pas d’informations sur les démarches à réaliser en cas de non-réception des bons. Certaines grandes surfaces se sont méfiées de ces liasses et ont refusé de les échanger. Le dialogue entre les commerçants et leurs clients a joué un rôle d’information. Les accueils des commissariats de police des quartiers concernés m’ont fait part qu’ils ont remarqué que des personnes viennent porter plainte pour ces vols, mais les inspecteurs n’ont pas été informés de ce problème de trafic et souhaiteraient avoir de meilleures informations pour guider les personnes qui portent plainte et pour voir les suites à donner. Ce manque d’informations des différents acteurs concernés crée un déséquilibre entre les ménages avertis du problème et ceux qui ne le sont pas. Or le paiement de la taxe urbaine intègre un droit d’obtention des bons. Et on sait que tous les citoyens ne sont pas toujours conscients de leurs droits, des démarches administratives pour réclamer ce qui leur est du, etc.

 

Mes questions sont donc les suivantes :

  • Quelles informations possédez-vous sur le nombre de ménages concernés par ce préjudice ? Les auteurs ont-ils été appréhendés, les bons retrouvés ?
  • Que mettez-vous en oeuvre pour informer les citoyens et la police afin de signaler ce problème et de réparer ce préjudice ?
  • Envisagez-vous des solutions pour éviter ce problème à l’avenir ?

 

Je vous remercie d’avance pour les réponses que vous apporterez,

 

Caroline Saal, conseillère communale

 

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS