Accessibilité au CHR telle que décidée par le gouvernement wallon

Monsieur le Bourgmestre,

 

Début décembre le Ministre wallon des travaux a annoncé que suite à une étude portant sur 3 scénarios chiffrés d’amélioration de l’accessibilité au CHR le gouvernement wallon donnait la priorité au scénario consistant à « améliorer les flux sur les voiries existantes » et ce via une série d’aménagements divers tels la création de rond points, de mise en sens unique, l’installation de feux intelligents, tout en tenant compte évidemment des parkings relais prévus. Le Ministre estimait le budget nécessaire à cette optimalisation de l’utilisation des voiries existantes à environ 4 millions d’euros. Ce budget de 4 millions est d’ailleurs prévu dans le plan « Infrastructures » adopté le 24 janvier par le gouvernement wallon.

Pouvez-vous nous donner des renseignements plus précis quant à la mise en œuvre de ces aménagements (nature, durée et phasage des travaux…) ?

Vous avez par ailleurs lancé le 23 novembre à l’issue de l’interpellation citoyenne de Madame Lorigenne une invitation au dialogue avec les forces vives du quartier pour «construire ensemble un projet », pour reprendre votre expression. Quand, avec quels interlocuteurs et sous quelle forme aura lieu cette concertation ?

 

Par ailleurs l’idée d’un retour du projet de liaison E 313-CHR semble ne pas avoir été complètement évacuée de tous les esprits, puisque les ministres CDH du gouvernement wallon semblent diverger sur le sujet : si le Ministre Prévot estimait le 1er décembre, en réponse à une question du député P.Henry que « l’option actuellement retenue « devrait aussi être la décision du long terme », le Ministre Di Antonio affirmait le 14 décembre, en réponse encore une fois au député P. Henry que «si le gouvernement était opposé à la bretelle dans le contexte actuel, nul ne pouvait garantir qu’il en serait de même à longue échéance ». Il rejoint ainsi les déclarations de la Présidente du CHR, reprises dans Le Vif du 5 février.

 

Monsieur le Bourgmestre, quelle est la position du Collège par rapport à cette menace qui continue à peser sur la tête des riverains, et en premier lieu de ceux qui habitent à l’intérieur du périmètre de réservation prévue dans le Plan de secteur. A leur inquiétude s’ajoute l’impossibilité prolongée de procéder à des aménagements significatifs à leur propriété. Pour rappel : un tel périmètre n’est pas limité dans le temps (hors abrogation) et plonge dès lors les riverains concernés dans une insécurité permanente.

Par quels moyens comptez-vous agir afin d’aboutir à l’abrogation de ce périmètre de réservation et à la suppression du tracé de la liaison prévue dans le Plan de secteur, répondant ainsi à la demande dont vous avez été saisi via une interpellation citoyenne appuyée par une pétition signée par plus de 6000 Liégeois ?

Afin de préserver les espaces verts existants, vu les nombreux impacts positifs qu’ils offrent pour la qualité de vie, l’environnement et la vie associative liégeoise, une modification du plan de secteur est a priori préférable.

 

Merci pour vos réponses !

 

Guy Krettels,

Conseiller communal

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS