Le plan de gestion nature dans les cimetières liégeois

Monsieur le Bourgmestre,

 

On ne parle pas souvent de la gestion des cimetières en raison sans doute de « la peur de l’au-delà » qui nous anime tous peu ou prou. Cependant, les cimetières à Liege, c’est près de 200 000 concessions, autant que d’habitants, ensevelis dans 22 lieux de recueillement disséminés sur le territoire…

 

Il y a donc matière à s’interroger sur la manière dont nous prenons soin de nos morts et des lieux où ils reposent tant sur le plan de la planification du  développement des sépultures ou de l’encouragement au recours à la crémation, que sur le plan des travaux d’aménagement.

 

En outre, 200 000 concessions nécessitent des mesures de santé publique et de protection de l’environnement. Par exemple, la mise en œuvre de  la directive «  zero phyto » de 2009 impacte nos pratiques en matière de sépulture. 

 

Depuis quelques années, une stratégie de développement durable émerge au niveau wallon pour répondre à ces 2 enjeux.  Celle-ci est opérationnalisée dans le plan Nature avec à la clé un label et des moyens financiers. En effet, les cimetières sont une opportunité de développement de biodiversité et de patrimoine.

 

Il y a quelques semaines, la ville de Seraing a présenté son plan de gestion des cimetières s’inscrivant dans le plan Nature et annonçant des projets d’informatisation de gestion des sépultures, de projets d’aménagements patrimoniaux et des projets de développement de la biodiversité.

 

Quand est-il de Liège ? 

 

En ce qui concerne les sépultures :

  • Celles – ci sont-elles cadastrées de manière informatique  afin de faire face au défi des prochaines années ? Quid de la gestion des parcelles?
  • Existe-t-il une campagne visant à sensibiliser les citoyens sur la crémation ?

 

En ce qui concerne les aménagements :

  • Existe-t-il un plan de gestion distinguant les  surfaces minérales, des pelouses, des gazons fleuris et des prairies ?
  • L’accessibilité PMR est-elle garantie dans tous les cimetières ?
  • Comment la question du patrimoine est-elle traitée ?

 

En ce qui concerne la biodiversité :

  • De longue date des actions ont été prises à Liege : cela nous donne-t-il accès à a labellisation «  cimetière Nature » ?
  • Les cimetières participent-ils de manière spécifique  aux opérations «  semaine de l’arbre » et « plan maya » auxquels Liege participe via la politique de l’environnement ?

 

En résumé : Liège est-elle partie prenante du plan Nature wallon ?  Si oui, quelles sont les lignes fortes de notre plan ? Si non, ne faudrait-il pas l’envisager ? En effet, les défis sont de taille et nécessitent des moyens : sachant que Seraing dispose de 51 000 euros pour ses 7 cimetières, alors que Liège dispose de 18 000 euros pour ses 22 cimetières , les moyens régionaux ne sont pas de trop.  

 

Merci de votre réponse

 

Bénédicte Heindrichs, conseillère communale

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS