A Liège, le développement du vélo est encore et toujours menacé

Monsieur l’échevin,

En 2009, la Ville de Liège était élue « Ville Pilote Wallonie Cyclable » par la Région Wallonne sur base d’un plan comportant différents itinéraires que la Ville s’est engagée à réaliser. C’est ici l’itinéraire 6 « Ans – Centre Ville – Amercoeur » qui m’intéresse, et plus particulièrement le tronçon « Cadran – Rue de Bruxelles – Saint-Lambert ».  

Le Plan Communal Cyclable 2012-2015 voté par le Conseil Communal et définissant les « itinéraires cyclables structurants » qui seront implémentés dans le cadre du plan Wallonie cyclable précise en page 36 que : « Dans un premier temps l’itinéraire emprunte la rue Fond Saint-Servais, la passerelle Palais et l’îlot Saint-Michel. A l’horizon 2017, l’itinéraire emprunte la place Saint-Lambert (et la rue de Bruxelles), rendant le dénivelé moins contraignant que via l’îlot Saint-Michel« . Le plan prévoit donc clairement que, si dans un premier temps l’itinéraire  passera « Fond Saint-Servais – passerelle de la Principauté – îlot saint-Michel », à l’horizon 2017, c’est rue de Bruxelles qu’il sera réalisé de manière structurante.

Les raisons de ce choix de la rue de Bruxelles sont évidentes d’un point de vue cycliste. L’itinéraire « Fond Saint-Servais – Passerelle de la Principauté – Îlot saint-Michel » ne saurait sérieusement être considéré comme un axe structurant de la mobilité cycliste : dénivelé fort, pavés, absence de jonction avec Hocheporte, obligation d’emprunter un trottoir d’un mètre de large avec les piétons rue Haute Sauvenière, itinéraire allongé comparativement à celui de la rue de Bruxelles, plusieurs zones de mixité avec les piétons limitant la fluidité du trafic vélo…

Les cyclistes liégeois sont vivement préoccupés par la menace qui pèse sur la concrétisation du nouvel itinéraire. Ce tronçon aurait normalement dû être redéfini en 2013 pour être réalisé en 2014. C’est seulement aujourd’hui, à l’heure où ce lieu connait des problèmes de dangerosité majeurs (nombreux nids de poules, descellements de pavés, état de dégradation très avancé…), que la Ville et la Région s’attellent à rapidement réaménager les lieux pour les restaurer. Or, il me revient que la Ville a plaidé et obtenu que l’on n’intègre pas les cyclistes sur les lieux.  J’ai récemment contacté les responsables du GRACQ qui ont consulté les plans et s’indignent du fait que, contrairement à ce qu’annonce le PCC, aucun aménagement n’est prévu pour les cyclistes, pas même un simple marquage au sol, dans une zone pourtant fréquemment empruntée par les cyclistes, notamment pour accéder à la gare du Palais.

L’importance de réaménager l’itinéraire régional en faveur des cyclistes est d’ailleurs bien connue de la région wallonne. En effet, le schéma directeur cyclable des routes régionales wallonnes réalisé par le bureau d’études (ICEDD) en 2013/2014 identifie le tronçon qui nous occupe comme « important pour le vélo ».

Monsieur l’échevin, pourriez-vous m’éclairer sur plusieurs éléments du dossier :

  • Quels arguments concrets avancez-vous pour justifier le choix de revenir sur vos engagements pris dans le cadre du Plan Wallonie Cyclable ?
  • Une évaluation de la concrétisation du plan Wallonie Cyclable est-elle prévue par la Région? Des sanctions sont-elles applicables ?
  • Le Ministre actuel de la mobilité a annoncé que les projets de communes pilotes étaient abandonnés. Quelles mesures la Ville compte-elle prendre pour continuer à encourager le développement du vélo à Liège ?

 

Sarah Schlitz, conseillère communale

 

Réponse de Monsieur Firket, échevin de la Mobilité

Je ne vais répondre qu’à la 1ère question : en effet, le projet n’intègre pas de piste cyclable en raison de l’arrivée du tram (qui en ce moment nous tient en haleine et en suspens), qui va générer une réorganisation des lignes de bus sur ce tronçon. Le tunnel sera fermé et les bus ramenés en surface ce qui ne nous laisse pas la place pour une piste cyclable distincte, mais des chevrons seront intégrés rue de Bruxelles et sur le Cadran. C’est une situation transitoire mais de toute façon on ne peut quand même pas mettre des pistes cyclables partout !

Et de toute façon c’est une situation transitoire.

Réplique de Sarah Schlitz

Monsieur l’échevin,

Cette annonce est extrêmement décevante. Au moment où vous avez défini les 6 itinéraires cyclables, le projet du tram et de réorganisation des lignes de bus était sur la table depuis longtemps. Vous présentez celui-ci comme un élément nouveau, soudain ! La vérité c’est que vous revenez sur vos engagements en décidant de maintenir toute les bandes automobiles et de stationnement et de faire passer le vélo à la trappe, comme toujours !

Dire qu’on ne peut pas mettre des bandes cyclables partout est votre argument favori dans tous les dossiers cyclables… Je vous rassure : on en est encore loin ! Pourtant, on sait que c’est un argument de sécurité décisif dans le transfert modal.

Par ailleurs, à travers ce choix, vous créez une coupure de plusieurs centaines de mètres avec le tronçon Wallonie Cyclable qui vient d’être terminé faisant la jonction entre le bas de la côte de Ans, et Hocheporte en passant par la rue de Hesbaye. L’ensemble de cet investissement pris en charge par la Région Wallonne (environ 800.000€) perd son sens dès lors que ce tronçon demeure coupé du centre-ville et des autres itinéraires cyclables.

Enfin, on regrette que l’objectif initial défini par le plan WACY sur Liège de créer enfin quelques itinéraires continus, fluides et sécurisés pour les cyclistes n’est donc une nouvelle fois pas atteint. En effet, on pose le même constat rue Gretry, saturée du trafic automobile où, contrairement à l’objectif initial, cet « itinéraire cyclable structurant » ne bénéficie d’aucun des aménagements cyclables promis. Au terme du plan WACY il sera toujours aussi impossible de s’y déplacer à vélo.

Monsieur l’échevin, pourquoi ne pas faire confiance aux liégeois qui, eux, sont prêts et attendent que vous teniez les promesses que vous avez formulées du haut votre beau vélo en campagne électorale !

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS