Questions liées au Grand Curtius et au personnel communal

II y a peu la presse nous informait que l’ambassadrice des USA allait renoncer à sa présence au Grand Curtius à l’occasion du vernissage d’une double exposition sur la première guerre mondiale. Cette information suivait de près l’information que la Ville aurait transmis à la police la liste d’une dizaine de personnes « suspectées » dans le cadre de la lutte contre la radicalisation. Enfin, un article paru peu de temps après dans la presse locale évoquait sur deux pages dont la Une l’existence d’un lieu de prière dans ce même Musée.

 

Cette séquence a provoqué beaucoup de bruit, et suscité énormément d’amalgames que la communication fort embarrassée des responsables n’ont pas permis d’évacuer ! Des réponses claires et non-épidermiques seraient utiles sur au moins trois enjeux liés à ce dossier :

 

  1. Comment les services de sécurité américains pouvaient-ils nourrir des craintes à l’égard de personnel du Grand Curtius?? Ces craintes ont-elles pu avoir quelque fondement raisonnable ? Et si non, comment avez-vous réussi à rassurer l’ambassade puisque finalement l’ambassadrice est venue à Liège ?
  2. Quelle est la position de la Ville à l’égard de certaines pratiques religieuses, en occurrence la prière, sur le lieu de travail : Interdiction totale ? Laisser-faire ? Ou réglementation assurant les mêmes facilités à chacun, sans discrimination ? Y-a-t-il un local réservé à la prière dans des lieux de travail à la Ville de Liège et en particulier au Musée Curtius. ? Si oui, ce local est-il réservé au culte musulman ou à tout usage de recueillement, méditation, prière quelques soient les convictions philosophiques et religieuses ? En ce qui concerne le temps réservé à ces pratiques y a-t-il dans le règlement de travail des horaires de pauses bien définies et équivalentes pour tous les fonctionnaires d’un même service afin d’éviter toute forme de discrimination ?
  3. Nous sommes en train de glisser vers une société du soupçon généralisé, de la délation et de l’intolérance ! Que comptez-vous faire auprès de la population liégeoise, mais aussi auprès du personnel communal (et en particulier des fonctions à responsabilité ), pour éviter et prévenir les amalgames entre pratique religieuse ( fût-elle bigote), adhésion à une idéologie islamique ou religieuse quelconque, et djihadisme violent ?

 

Guy Krettels, conseiller communal

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS