Cellule Tempor – 1er bilan

Monsieur le Bourgmestre,

Il y a 6 mois, fin décembre 2014, le CPAS de Liège mettait en place la cellule Tempor, mise en place pour traiter efficacement les demandes de Revenu d’Intégration Sociale de la part des personnes touchées par la politique d’exclusion du chômage. Liège risquait d’être particulièrement touchée, mais on a appris depuis que ce ne sont pas l’ensemble des exclus qui ont frappé à la porte du CPAS. On sait aussi par ailleurs que d’autres vagues, peut-être moins houleuses, attendent le CPAS : les prochaines exclusions, qui continuent mensuellement, et les personnes qui n’ont pas droit à un RIS mais pourraient solliciter d’autres aides du CPAS (logement, soins de santé, etc.)

Un premier bilan s’impose :

Avez-vous eu un échange avec Claude Emonts au sujet des impacts de la gestion de ces nouveaux dossiers (charge supplémentaire de travail et de coûts) ? Quelles poursuites de ce projet Tempor envisagent le CPAS et la Ville, puisque la Ville a dégagé des travailleurs à ce sujet?

Le CPAS dispose de premiers éléments sur le public qui a été touché par la mesure à Liège. Avez-vous pris connaissance de ces appréciations ? Quelle politique concertée avec les différents échevinats comptez-vous mettre en oeuvre en fonction de ces réponses ?

Concernant les personnes exclues du chômage qui ne sont pas venues au CPAS, ce non-recours est-il pris en compte ? Manque de connaissance de leurs droits ? Cohabitation ? Autres ? J’avais déjà souligné en décembre combien ce genre de non-recours peut avoir des effets boomerang sur la dégradation des conditions de vie des personnes. Je souhaiterais savoir de quelle manière la Ville de Liège aborde cette réalité sociale (prévention, information, etc.)

Je vous remercie,

 

Caroline Saal, conseillère communale

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS