Vols de vélos à Liège

Monsieur le Bourgmestre,

Si le volet préventif est indispensable, comme en parlera ma collègue Sarah Schlitz, le volet répressif doit aussi entrer en ligne de compte. Le sentiment d’impunité décourage beaucoup de cyclistes : il faut racheter un vélo, oui mais pour combien de temps ? Dans les témoignages que nous avons récoltés, nombreux sont ceux qui ont été plusieurs fois victimes de vol, portent plainte une fois puis n’y vont plus la suivante… et je ne doute pas que les voleur en sont conscients !

Les cyclistes ne sont pas encore sensibilisés suffisamment à la gravure de leurs deux-roues. La Ville pourrait mettre en place une campagne de sensibilisation facilement et à peu de frais, par exemple par le site de la Ville (une bannière « c’est le printemps, gravez vos vélos ») ou encore par des autocollants de sensibilisation à plaquer aux arceaux qui se multiplient dans l’espace public.

Mais la gravure, il faut encore pouvoir la vérifier ! Sans contrôle, elle ne sert à rien. Pouvez-vous nous informer sur ce que la Police fait actuellement à ce sujet, et les moyens dont elle souhaiterait disposer (de la part des cyclistes comme de la Ville) pour pouvoir améliorer ce travail ? Des actions de sensibilisation et de contrôle peuvent-elles être mises en place ?

Il n’est pas rare de retrouver son vélo volé chez Cash convertors. Quel partenariat la Ville peut-elle mettre en place avec les magasins de vente de seconde main ?

Enfin, la Ville a-t-elle une carte géographique des zones les plus concernées par le vol ? Ca permettrait de regarder si le mobilier urbain est suffisant et placé à de bons endroits, visibles par exemple. En outre, ça permettrait de mettre en place une opération « vélo appât » comme à Bruxelles : il s’agit de placer des vélos dotés de puces à des endroits connus pour le vol et de mettre la main sur les voleurs, notamment démanteler les filières de revente. Pouvez-vous envisager de mettre en place une telle action à Liège

Le sentiment de sécurité à Liège vous préoccupe, il se trouve aussi dans des soucis quotidiens qui peuvent paraître de moindre ampleur par rapport à d’autres délits. Il est temps d’agir !

Merci pour votre réponse,

 

Caroline Saal,

Conseillère communale

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS