Interventions lors du CC du 16/12/2014

  • Sur l’évaluation du Projet de Ville, par Bénédicte Heindrichs

 

Évaluation de votre projet de ville… C’est une première! Et pour l’occasion ,On ne pourra pas vous qualifier de pessimiste, le verre est plutôt à moitié plein qu’à moitié vide!!!

Pour nous, cette évaluation doit d’abord être analysée d’un point de vue méthodologique… Et désole, mais pour le coup, nous sommes un peu plus critiques…

Les objectifs du projet de ville, pour lesquels vous nous proposez une évaluation ne sont tout simplement pas évaluables.ils ne sont pas SMART . Bref, ces objectifs ne sont pas mesurables que ce soit dans le temps, ou par des indicateurs précis…  »

Par ailleurs, la que la classification que vous utilisez est loin d’être claire.Basculer les musées et les bibliothèques de la ville vers les nouvelles technologies de la communication » c’est quand même particulier …
.puis, .
Quelle différence entre ce qui est réalisé, se poursuit et est en cours? Rien que le code couleur illustre le flou artistique … N ayez pas peur du rouge monsieur le Bgm :-)
A nouveau , lorsque on lance un projet  et qu on veut l évaluer : il est nécessaire de lui donner une temporalité . Or, On a un peu l’impression que dès lors que vous avez pensé à lancer une action, celle-ci peut être classée dans la catégorie des actions réalisées…

Pour nous, l évaluation du projet de ville , c est un bulletin de l’école  des fans . On aurait pu au contraire susciter l’interet de la population au travers de la participation citoyenne pour réaliser cette évaluation! Pourquoi ne pas demander directement l’avis des citoyens pour des actions qui les concernent?

En un mot comme en 100, ce projet de ville n’appartient pas aux liégeois, ils n’avaient déjà pu lors de sa conception que classer les idées du collège par ordre de préférence… Aujourd’hui, ils n’ont pas eu leur mot à dire sur la réalisation de ces actions.

Vous aurez compris que pour ecolo, dans ces conditions, le projet de ville perd encore un peu plus de légitimité et si vous vous satisfaites d’actions qui ont à peine été effleurées,nous  ça ne nous satisfait pas!

 

  • Sur les statuts de l’ASBL CIAC, par Guy Krettels

Nous sommes invités ce soir à adopter les statuts de l’asbl de gestion du futur Ciac. Cet acte nous importe beaucoup pour 2 raisons :

  • il s’agit d’une étape indispensable et incontoutnable dans l’avancement de ce projet culturel important et qui a déjà mobilisé énormément de moyens
  • nous sommes directement invités à nous impliquer via ces statuts puisque la composition du CA sera en cas d’adoption un décalque de notre Conseil via une Clé d’Hondt élargie permettant la présence d’au moins un conseiller par parti

L’idée est donc bien d’embarquer tout le monde dans cette aventure qui s’annonce très périlleuse, tout en laissant à cet embarquement un côté plutôt figuratif: en effet, vous prévoyez un Bureau qui concentrera probablement l’essentiel du pouvoir de décision très réduit de 4 personnes, laissant au CA un rôle de figurant.

J’ai parlé d’une aventure qui nous parait pour le moins périlleuse et je voudrais rapidement donner 3 éléments pour la qualifier ainsi

1) On peut supposer que le CIAC connaitra une période d’état de grâce dans les mois suivant son ouverture : un nouveau lieu culturel doté d’une architecture si intéressante attirera naturellement beaucoup de visiteurs. Mais après cette première séquence il s’agira à séduire et étonner régulièrement et durablement un public très nombreux pour assurer la survie de ce lieu. Le projet initial misait sur 300 000 visiteurs annuels, et pour essayer d’y arriver la Ville était prête à accorder 750 000 euros à un gestionnaire privé. La proposition n’a pas rencontré de preneur ! Aujourd’hui estimez visez-vous toujours ce nombre de visiteurs pour pouvoir assurer la rentabilité du projet, et pensez-vous vraiment qu’avec une dotation annuelle annoncée à 200.000 euros pour cette asbl (en plus bien sûr d’un capital de départ) vous pouvez y arriver ? Nous avons beaucoup de craintes et de doutes à cet égard

2) Pour attirer les foules, il nous semble indispensable que le fameux axe Calatrava – Ciac et dans une moindre mesure Médiacité soit aménagé permettant des accès piétons, cyclistes de et vers la gare . Ne risque-t-on pas lors de l’ouverture et de l’inauguration (été 2016) de se trouver avec plein de chantiers sur cet axe ? Et comment comprendre l’absence annoncée de Point Info Tourisme dans la gare ?

3) Enfin le projet CIAC nous semble toujours manquer d’une identité claire, lisible et séduisante. Les 4 lettres CIAC ne réveillent pas la curiosité et le concept que vous envisagez d’y adjoindre (à savoir « Modernité ») parait très bateau, fourre-tout, ni excitant ni même très évocateur. Un important travail d’affinement de l’identité de ce lieu culturel devra donc précéder un tout aussi important travail de promotion afin de donner l’envie de ce musée, d’abord aux Liégeois eux-mêmes, puis au-delà de nos frontières. Avez-vous les budgets pour ce travail essentiel pour la réussite future ? Il faudra par ailleurs rapidement informer l’ensemble du Conseil de la direction du CIAC, de son éventuel adossement à un plus grand musée, des partenariats permanents et accueils récurrents.

En conclusion : sans naïveté mais par solidarité et dans le souci de donner toutes les chances de réussite à ce projet important pour notre Ville, nous faisons un geste de bonne volonté et allons voter les statuts de l’ASBL.

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS