Question orale – campagne d’affichage « sauvage » de la CSC

Quelques jours avant le 6 novembre, la CSC a opéré dans les rues de Liège une importante campagne d’affichage, contribuant ainsi sans doute à la réussite de la manifestation syndicale réunissant plus de 125000 personnes dans les rues de Bruxelles.

Il semblerait que le syndicat n’a pas demandé l’autorisation de la Ville pour cette opération. Si on peut regretter cette négligence administrative, et si par ailleurs on a le droit de s’attendre à ce que les militants syndicaux retirent au plus tard le lendemain de la mobilisation leurs affiches, je m’interroge cependant par rapport à l’indignation clamée par certains qui exigent des sanctions fortes.

Monsieur le Bourgmestre,

Ne pensez-vous pas que les syndicats, pour s’adresser à l’ensemble de la population concernée ont besoin de recourir à l’affichage, et que la quasi absence totale de panneaux d’affichage libre sur le territoire communal les amène presque inévitablement à opérer de cette façon ?

Ne convient-il pas d’établir une distinction forte entre des collages sauvages sur des murs, habitations, arrêts de bus ou bâtiments publics, qui engendrent pollution et frais ilportants, et l’accrochage de cartons couverts d’affiches très faciles à retirer ?

Par conséquence, au-delà d’un rappel de la règle exigeant une demande d’autorisation, et une invitation à enlever dans les meilleurs délais ces panneaux, pensez-vous qu’il faille sanctionner autrement le syndicat ?

 

Guy Krettels, conseiller communal

 

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS