Intervention musclée du PAB lors de la 3ème édition du « Pic Nic the Cité Ardente »

Monsieur le bourgmestre,

Le dimanche 15 juin à midi avait lieu la 3ème édition du « Pic Nic the Cité Ardente », une initiative citoyenne visant à se réapproprier l’espace public durant une après-midi par an. Concrètement, les manifestants s’étaient donné rendez-vous en face de l’Opéra, entre les 2 ronds-points, afin de s’installer entre le boulevard de la Sauvenière et la Place Saint-Lambert, tout en veillant à laisser passer les bus et ambulances éventuelles.

Alors que les participants s’installaient sur la place, le PAB, Peloton Anti Banditisme de la ville de Liège, est intervenu pour déloger les pique-niqueurs  pour la plupart en famille et pacifistes. Alors que les 2 premières éditions de Pic Nic the Cité Ardente avaient été tolérées, elle a, cette année, été interdite ! Sans raison, sans rapport de police alarmant quant à l’usage éventuel de violence !  cela n’est pas sans rappeler l’attitude du Bourgmestre lors de l’annonce de la manifestion des pompiers le premier mai.

Le groupe Ecolo relève :

  1. La dérive sécuritaire face à l’occupation de l’espace public. A Liège, la réponse à la contestation est  désormais l’intervention de la Police. Pourtant, la fonction du Peloton Anti Banditisme, c’est de capturer les vrais bandits, pas de disperser un groupe muni de frigos box et de bambins! Cette réaction est totalement disproportionnée. Pour Ecolo, l’attitude de l’autorité est une régression dans la garantie d’un espace public  convivial et accessible au plus grand nombre.
  2. Une attitude «  deux poids – deux mesures » par exemple:

- l’espace Tivoli est de plus en plus fréquemment transformé en parking gratuit alors qu’il s’agit d’un espace piéton,

- quand il s’agit de distribuer des objets de consommation gratuits genre des canettes ou des snacks, la police n’intervient pas.  Voire quand il s’agit de distribuer de l’alcool en rue, c’est avec la bénédiction du collège !

Des lors, monsieur le Bourgmestre, nous aimerions

  • Savoir si la répression envers les pompiers en mai et les pique niqueurs en juin sont l’expression de la nouvelle ligne du collège face à l’expression contestataire des citoyens ?  Faut-il s’inquiéter pour les squats?  Les masses cyclistes mensuelles,  les débats un peu chahutés dans les comités de quartier et toute autre velléité d’expression ? 
  • Disposer du rapport de police qui a présidé à l’envoi du PAB dans cette affaire,
  • Connaitre le cout horaire de l’intervention du PAB à l’occasion de telles manifestations face.

Je vous remercie.

Bénédicte Heindrichs,

Conseilllère communale, cheffe de groupe

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS