Impact des mesures prises par le gouvernement fédéral en matière de chômage sur les budgets de la communes et du CPAS

Monsieur le Bourgmestre,

 

En novembre dernier, la FGTB avait évalué à 55.000 chômeurs (dont 35.000 Wallons), le nombre de personnes qui seraient exclus du système des allocations d’insertion ou d’allocations d’attente, dès janvier 2015 en raison de limitation dans le temps de ces allocations.

Les médias ont diffusé ce 5 février les résultats d’une étude complémentaire, commune par commune du nombre de demandeurs d’emploi qui seront exclus.

Pour une grande ville comme Liège, ce ne sera pas moins de 2409 chômeurs qui seront exclus.

Certes, l’ONEm propose d’autres chiffres mais qui ne remettent pas en cause fondamentalement le nombre avancé par la FGTB. De plus, les chiffres avancés sont ceux au 1er janvier 2015 et n’évoquent pas le nombre de chômeurs exclus après le 1er janvier.

Il faut considérer que « seule la moitié de ces exclus » viendront frapper à la porte du CPAS pour demander une aide complémentaire ou un revenu d’intégration RIS.

Monsieur le Bourgmestre, quelles seront les conséquences financières et sociales de ces exclusions sur le fonctionnement de la commune et de son CPAS, à court et à moyen terme, en terme financier et en terme de surcharge de travail face à cet afflux de nouvelles demandes?

 Ne serait-il pas opportun, devant ce signal d’alarme tiré hier par la Fédération des CPAS et aujourd’hui par les syndicats, que notre commune exprime officiellement sa désapprobation des décisions prises par le gouvernement fédéral et demande:

  • que d’autres alternatives soient trouvées à cette chasse aux chômeurs ?
  • que le fédéral cesse ce report de charges sur le niveau local ?

 

Sarah Schlitz, Guy Krettels,

Conseillers communaux

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS