Gestion des questions écrites par le Collège Communal

M. le Bourgmestre Demeyer,

M. le Directeur Général Rousselle,

 

Ce vendredi 17 nous recevions l’ordre du jour du conseil, ses commissions, ses annexes. Parmi celles-ci le « Bulletin des questions écrites » : rédigées par les membres du conseil, elles sont bien souvent le signal visible d’une problématique locale, portée par des habitants au sujet de leur cadre de vie en général ou d’une préoccupation spécifique. En y prêtant attention je constate un ratio franchement problématique entre les questions des conseillers et conseillères ayant reçu une réponse dans les temps et celles n’ayant pu bénéficier de cet insigne honneur. Le score pour ce bulletin s’élève à 5 questions (sur 32) ayant obtenu réponse ad hoc, soit très précisément 15,6% de « réussite », ce qui indique donc que l’énorme majorité d’entre elles n’a donc pas reçu de réponse dans les temps, voire pas de réponse du tout.

 

Le Collège communal exige de nous, à bon endroit me semble-t-il, un strict respect des délais pour ce qui concerne l’action de tous les conseillers, notamment dans l’envoi des interpellations, dont on sait que nombre d’entre elles ont déjà été refusées pour ces raisons.

 

Les questions écrites ont pour buts de désengorger le conseil de questions pertinentes mais non urgentes et de permettre à l’administration et à l’Echevin concerné de fournir une réponse substantielle s’il souhaite s’en donner la peine. Qu’adviendrait-il de nos séances si ces questions devaient prendre le chemin de la seule alternative qui s’offre à nous, à savoir la question orale ? Embouteillage, brouhaha et longues soirées en perspective…

 

Il existe de mon point de vue deux manières de résoudre ce problème:

  • Revoir les ambitions du Collège, en termes de délais, à la baisse… mais est-ce vraiment souhaitable ?
  • Relever le niveau d’exigence du Collège par rapport à ses membres, quant au respect des délais et à la qualité des réponses. Ceci me semble la bonne solution, pratiquement et politiquement parlant. En répondant à temps et de manière concrète et constructive, chaque membre du Collège indiquerait son respect pour le travail des conseillers et conseillères élu(e)s par la population, nourrirait d’autant le débat démocratique et s’honorerait de tenir – ni plus ni moins – ses propres engagements.

 

Sera-ce l’une des bonnes résolutions du Collège pour 2014 ? C’est en tout cas mon souhait.

 

Quentin le Bussy

Conseiller Communal

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS