Loyer imposé aux ASBL qui assurent l’accueil extrascolaire

C’est sans préavis et après 25 ans de gratuité que la Ville a facturé un loyer (plus de 7000 euros par an) pour l’utilisation de ses bâtiments scolaires à l’asbl Pari qui organise plus ou moins 30 000 journées d’accueil extrascolaire par an ! La brutalité de la mesure à l’égard d’associations sociales et éducatives qui offrent un service irremplaçable aux enfants et parents liégeois a même empêché « Pari » d’anticiper le coup et de prévoir des mesures budgétaires permettant d’amortir le choc. Ce qui est particulièrement dérangeant c’est le flou entretenu : un loyer « normalement dû », mais pas réclamé, du moins pas à tous, et puis subitement exigé, et de nouveau pas à tous… Bref, pas de règle claire, ni de cadre commun !

 

Mais au-delà de la manière, la question qui est posée est de savoir s’il est de bonne politique de vouloir faire des économies tout à fait marginales par rapport à un budget tel celui d’une Ville comme Liège, mais tout à fait significatives dans les finances d’ASBL déjà durement frappées par les restrictions qui leur sont imposées par tous les pouvoirs subsidiants. Faudra-t-il qu’elles aillent compenser ce surcoût auprès des parents dont les socialement les plus faibles seront prioritairement frappés ? Le risque de rendre ces activités extrascolaires inaccessibles aux familles les plus défavorisées va décidément à l’encontre de toute politique d’égalité des chances.

 

Cette mesure n’a jamais été présentée et discutée au Conseil communal. Ecolo déplore ce manque de débat sur un enjeu aussi important. Nous constatons  par ailleurs que ce coup bas a été porté alors que la Commission consultative communale de l’Accueil extrascolaire ouverte sous la législature précédente à toutes les composantes du Conseil, poursuit depuis la reprise en main par l’Echevin Mr Stassart à l’exclusion de l’opposition de gauche (Ecolo, PTB et Vega). Ne pensez-vous pas que le retour à une ouverture de cette Commission à l’ensemble des sensibilités politiques du Conseil communal garantirait plus de transparence et de démocratie ?

 

Monsieur le Bourgmestre, Monsieur l’Echevin

  • Quelle est la recette supplémentaire que vous escomptez de cette imposition d’un loyer ? Et quel en est le montant global ?
  • Pourquoi avoir imposé sans préavis et donc sans possibilité de se « retourner » budgétairement  cette mesure ?
  • Ne pensez-vous pas qu’il y ait des pistes alternatives, socialement moins nuisibles pour trouver cet argent, minime à l’échelle du budget communal, mais assassin au niveau du budget d’une ASBL

 

Avec de nombreux Liégeois, Ecolo vous invite à revenir sur votre décision inefficace et nuisible à la cohésion sociale

 

Guy Krettels

Conseiller Communal

 

Suivi de l’interpellation en Conseil Communal:

Fortement embêté par l’ampleur qu’a pris ce dossier, le Collège a diffusé juste avant le Conseil, un Communiqué de Presse expliquant que le loyer demandé à « PARI » ne se montait qu’à 1.500 €… Ceci a étalé encore davantage le bidouillage de l’Echevin dans ce dossier où semble régner la politique du vogelpick: outre une erreur de calcul évidente – et reconnue après la réplique – aboutissant à ce montant, l’échevin a volontairement omis de préciser que ce montant ne concernait que les 4 mois de 2013 (septembre à décembre) alors que pour les ABSL – comme pour la Ville – une année budgétaire compte bien 12 mois!

Au delà de ce cafouillage qui se déroulait devant une trentaine de travailleurs de « PARI » mobilisés, l’essentiel réside évidemment dans l’absence d’une politique de véritable partenariat clair et concerté avec les associations; partenariat basé sur un cadastre des ASBL et de leurs moyens et besoin, mais aussi sur la Charte associative et sur une structure de concertation permanente.

Guy Krettels

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS