Publié dans la catégorie ‘Non classé’

01août

De la transparence avant toutes choses…

La transparence: un principe et une exigence.

Plus que quelques mois avant les élections… Plus que quelques mois pour savoir quels candidats nous voulons voir œuvrer au développement de notre Ville de Liège. 

Est-il encore possible, après les récents scandales politiques qui ont déchiré les partis traditionnels, de croire en l’honnêteté des candidats ?

Répondre non serait un aveu de faiblesse et un abandon que nous ne pouvons pas nous permettre pour le bien de notre Ville, pour le bien de nos quartiers et pour le bien des Liégeois. 

Répondre oui suppose de dire les choses clairement et de se présenter devant l’électeur sans ambiguités. C’est ce que nous nous proposons de faire: les têtes de liste de Vert Ardent vous livrent ainsi les mêmes informations que celles fournies à la Région Wallonne dans le cadre de la “déclaration de mandat et de rémunérations” à rendre pour ce 31 juillet 2018 au plus tard concernant l’année 2017.

  (Lire la suite…)

22juin

Travaux rue Hors-Château : et si on y créait une rambla pendant l’été ?

Les travaux de rénovation de la rue Hors-Château ont débuté ce lundi et dureront tout l’été. Et si, plutôt que de s’en plaindre, on s’en réjouissait ? C’est l’opinion de Sarah Schlitz, conseillère communale et fervente défenderesse des modes doux à Liège.

Aucun liégeois n’a pu l’ignorer : l’état de dégradation de la rue Hors-Château était devenu critique. Ornières, nids de poule, et pavés déchaussés rendaient la circulation très inconfortable pour les automobilistes et usagers des transports en commun, et carrément dangereuse pour les deux roues (vélos et motos). Sa rénovation était devenue urgente.

Urgente… Au point de se passer de consulter la population, la commission consultative vélo ou même les conseillers communaux sur les aménagements ?

En effet, à l’aboutissement des travaux dont le budget est estimé à 444.000€, la rue va être refaite à l’identique. Pourtant, ce chantier était l’occasion rêvée de régler certains points faibles de cet axe stratégique. Dans la première partie de la rue, on aurait pu envisager l’élargissement des trottoirs et l’installation de « bandes confort »1 pour les vélos, la création de « dépose-minute », la plantation d’arbres… Il y avait assurément quelque chose à co-construire.

Hors-Château est l’une des rues les plus polluées de Liège mais également l’une des plus fréquentées par un public jeune, plus sensibles encore à la pollution. Ecolo proposait en mars d’étudier la possibilité de mettre la rue Hors-Château en « rue scolaire ». Cette rénovation aurait été une occasion d’implémenter ce projet.2

Autre élément préoccupant : avec l’arrivée du tram, en 2021, les bus ne circuleront plus dans cette rue. Que deviendra alors la bande des bus ? N’était-ce pas le moment d’anticiper cette reconversion ?

C’est donc ce lundi qu’ont débuté les travaux dans le mécontentement général. Les usagers de la rue, dont les nombreux parents, n’avaient pas été informés de sa fermeture, et la signalisation n’a pas permis d’éviter le chao dans tout le quartier.

Et si, au lieu de vivre ces travaux comme une contrainte durant tout l’été, on saisissait l’opportunité de sa piétonisation forcée pour en faire une rambla temporaire, un lieu vivant, convivial, qui pourrait bénéficier aux riverains mais aussi aux nombreux commerces ?

En collaboration avec le comité de quartier, des animations pourraient y être organisées, les commerçants pourraient y installer des étals, les établissements Horeca déployer leurs terrasses et les enfants du quartier pourraient y jouer en toute sécurité. Cela nécessiterait un dialogue avec l’entrepreneur pour maintenir un maximum l’accès aux commerces à pied et vélo.

Le collège peut encore sauver l’été des liégeois du centre-ville, saisira-t-il cette opportunité ?

1 A l’instar de celles réalisées à Mons récemment et recommandées par le GRACQ :

http://www.gracq.org/actualites-du-velo/revetement-cyclable-limpact-sur-notre-systeme-nerveux

2 http://www.liege.ecolo.be/2012/?page_id=4024

 

Crédit photo : Laetitia De Zordi

13juin

Multiplication des tentes de SDF à Liège. Pour Ecolo, il faut agir « avant la rue »

Les tentes apparues dans le parc du Potay sont venues s’ajouter à d’autres. Ecolo tirait déjà la sonette d’alarme l’ hiver dernier et présentait son plan Zéro sans-abrisme. Cet épisode nous rappelle combien la question de l’accès à un logement se pose toute l’année. « Pour les écologistes, il est prioritaire d’agir avant que la personne ne soit à la rue. On sait que les conditions de vie en rue dégradent très rapidement la santé des personnes, engendrent beaucoup de stress, les confrontent à la violence », expliquent Caroline Saal et Guy Krettels, qui suivent le dossier depuis plusieurs années.

Les deux conseillers communaux insistent : « Outre les programmes de relogement, la Ville a des leviers, qui peuvent être actionnés rapidement ».  (Lire la suite…)

11juin

A Liège, Ecolo sera Vert Ardent !

Chères militantes, chers militants,

Nous voici presque arrivés au terme de la législature 2012-2018. Le mois d’octobre prochain sera un moment capital pour l’écologie politique à Liège. A la Province comme à la commune, nous porterons un projet écologiste fort. Attention cependant : « Ecolo » ne sera pas inscrit sur votre bulletin de vote communal. Le choix écologiste à faire à Liège sera « Vert Ardent ».

 

Pourquoi ?

Ecolo a toujours voulu faire de la politique autrement. Il y a deux ans, différents constats nous ont convaincu d’aller un pas plus loin : 20% d’abstentions à Liège, des pratiques politiques clientélistes et scandaleuses démontrées dans Publifin, une majorité politique à la traîne face aux enjeux du 21e siècle.

Ailleurs, la transition écologique de Grenoble, les mouvements citoyens espagnols ou encore le mouvement Projet Montréal nous inspiraient. Or Liège est une terre millénaire de revendications citoyennes. Elle vit, elle s’anime grâce à ses habitants, à leur potentiel associatif, économique, culturel, militant. C’est son histoire naturelle, et nous pensons que la réconciliation entre les responsables politiques et les électeurs viendra d’une démocratie participative.

C’est pourquoi nous avons décidé de réunir, au-delà des étiquettes de parti, ceux et celles qui voulaient une ville belle, durable, écologique, solidaire, ouverte. A notre initiative, s’est constitué un mouvement éco-citoyen, Vert Ardent. Outre Ecolo et le parti Demain, il rassemble de nombreuses personnes, issues des différents quartiers de la ville, de différentes générations. Aujourd’hui, nous construisons ensemble un programme écologiste, progressiste, dans un processus ouvert au public.

En tant que mandataires écologistes, nous sommes très fiers de notre travail politique de ces six dernières années. Nous avons mené une opposition ferme face à un Collège qui a manqué de vision et laisse une ville aux caisses vides, aux embouteillages polluants, où la pauvreté touche de trop nombreuses personnes. Notre travail fut aussi constructif, et nous avons obtenu entre autres « Liège ville hors TTIP », l’instauration des rues à jouer pour les enfants, la rediffusion sur internet des conseils communaux, le permis de végétaliser, et, non des moindres, un accord politique unanime contre les visites domiciliaires chez les personnes accueillant des personnes migrantes.

Ce travail ne disparaît pas avec Vert Ardent, et c’est avec les mêmes convictions que nous continuerons à le porter. Aujourd’hui, nous nous mettons simplement au service d’un collectif plus large et stimulé d’une nouvelle énergie. L’ensemble de la locale se consacre à ce projet ambitieux, novateur et stimulant. Nous espérons que ce projet se fera avec vous.

Et maintenant ?

Nous vous donnons rendez-vous aux prochaines étapes de Vert Ardent. Nous sommes aussi chaque weekend dans un quartier liégeois différent. Venez-nous rencontrer ! Retrouvez toutes les infos sur www.vertardent.be

Merci de votre lecture et au plaisir de faire gagner ensemble l’écologie politique,

Caroline Saal, cheffe de groupe Ecolo au Conseil communal et tête de liste Vert Ardent

 Quentin Le Bussy, Sarah Schlitz, Guy Krettels, Daniel Wathelet, Olivier Bierin, conseillers communaux

André Verjans, chef de groupe Ecolo au Conseil de l’action sociale

Christine Relekom, conseillère à l’action sociale

Matthieu Content, conseiller provincial

 Jean Danis, Myriam Fatzaun, Rémi Gemenne, Véronique Willemaert, coprésidents locaux

VOTRE AIDE NOUS SERA PRECIEUSE !

  • Une affiche de pré-campagne à votre fenêtre ?

  • Vous souhaitez présenter la démarche Vert Ardent à vos voisins, vos amis, votre réseau… ? Organisons un apéro Vert Ardent, et deux candidats viennent présenter le projet chez vous !

  • Envie de distribuer des tracts, de nous accompagner à un événement  ?

Ecrivez à contact@vertardent.be

29mai

Réaction de la Locale Ecolo de Liège suite aux événements de ce mardi 29 mai

La Locale Ecolo de Liège transmet tout son soutien aux victimes, à la Zone de Police de Liège, au lycée de Waha, à leurs proches et à leurs collègues.

Nous tenons à remercier les policiers pour leur gestion exemplaire de cet acte ignoble. Nous saluons également le courage de l’équipe du Lycée de Waha et aux différents services mobilises.

Comme l’ensemble des Liégeois et des Liégeoises, nous sommes bouleversés par cette tragédie. En ces moments douloureux, souvenons-nous que Liège, toujours, se relève grâce à la fraternité des siens.

Nous suivrons avec beaucoup d’attention les développements. Nous avons averti le bourgmestre de notre disponibilité à toutes fins utiles.

 

Caroline Saal, cheffe de groupe Ecolo au Conseil Communal

Rémi Gemenne, co-president local

23mar

Provinciales 2018: une équipe au service de la transition écologique

Ecolo est fier de vous présenter les premiers candidats qui conduiront la liste ECOLO Liège sur le district de Liège pour les élections provinciales d’octobre 2018.

Le Groupe Ecolo du district provincial de Liège, s’est réuni ce mardi 20 mars en assemblée générale pour désigner ses candidats aux places « stratégiques » pour les élections provinciales de 2018. C’est une équipe ambitieuse alliant mandataires expérimentés et jeunes candidats prêts à prendre leurs responsabilités. Ensemble, ils souhaitent faire de la Province un outil au service des citoyens en matière de mobilité, de culture, de santé et de transition énergétique. (Lire la suite…)

30jan

Motion du Conseil Communal de Liège concernant le projet de loi autorisant les visites domiciliaires

A l’initiative d’Ecolo, voici la motion qui a été votée au conseil du 29 janvier 2018 :

Considérant le fait que la Commission de l’intérieur de la Chambre a examiné ce mardi 23 janvier 2018 le projet de loi qui autorise les visites domiciliaires en vue d’arrêter une personne en séjour illégal ;

Considérant le fait que la loi offre déjà aux forces de sécurité tout le loisir d’intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l’ordre public ;

Considérant que le projet de loi vise à modifier la loi de telle sorte que les juges d’instruction soient placés dans la quasi obligation de permettre ces visites domiciliaires ;

Considérant que le domicile est inviolable selon l’article 15 de la Constitution, que les exceptions à l’inviolabilité du domicile sont strictissimes et que le juge d’instruction n’ordonne une perquisition que dans le cadre d’une infraction ou d’une instruction pénale et non d’une procédure administrative ;

Considérant que la Cour constitutionnelle, dans son récent arrêt 148/2017 du 21 décembre 2017 censure certaines dispositions de la loi pot-pourri II, et annule précisément la possibilité de procéder à une perquisition via une mini instruction en ces termes :

« En raison de la gravité de l’ingérence dans le droit au respect de la vie privée et dans le droit à l’inviolabilité du domicile, la Cour décide que la perquisition ne peut, en l’état actuel du droit de la procédure pénale, être autorisée que dans le cadre d’une instruction. Permettre la perquisition via la mini-instruction dans le cadre de l’information sans prévoir des garanties supplémentaires pour protéger les droits de la défense viole le droit au respect de la vie privée et le droit à l’inviolabilité du domicile » ;

Considérant que ce raisonnement s’applique a fortiori dans le cadre d’une procédure administrative ;

Considérant que le projet de loi stigmatise les personnes en situation de séjour illégal en supprimant les droits de la défense les plus fondamentaux et en assimilant une procédure administrative à une procédure pénale ;

Considérant que le droit au respect de la vie privée et le droit à l’inviolabilité du domicile sont des principes fondamentaux qui remontent à la paix de Fexhe, et que Liège a toujours été une terre de liberté, de résistante et de démocratie ;

Vu la décision unanime du Conseil communal de déclarer Liège « Ville hospitalière, responsable, accueillante et ouverte » en date du 27 novembre 2017 ;

Le Conseil communal de Liège :

  • INVITE le Parlement fédéral à rejeter le projet de loi en question ;

  • INVITE le Gouvernement fédéral à reconsidérer sa position au regard des différents avis émis jusqu’à présent par le Conseil d’Etat, l’ordre des avocats, l’association syndicale de la magistrature et les différentes associations citoyennes (CNCD, Ligue des droits de l’Homme, Ciré…) ;

  • CHARGE M. Le Bourgmestre de transmettre cette motion à M. Le Président de la Chambre, aux différents chefs de groupes parlementaires, à M. Le Premier Ministre, à M. Le Ministre de l’Intérieur et à M. Le Ministre de la Justice.

26jan

Dentisterie, Patrimoine, c’est tout notre urbanisme qui est à repenser

Le débat qui fait rage quant au destin de l’Institut de Stomatologie, dit “La Dentisterie” n’est en rien un débat “pour ou contre”, un débat de l’Ancien contre le Moderne.

C’est davantage la cristallisation de trois débats qui animent – ou pour être précis peinent à animer – la décision politique et partant l’action publique en termes d’aménagement du territoire et d’urbanisme à Liège depuis des temps quasi immémoriaux


Le premier a trait à la manière d’identifier (à temps), de préserver, de transformer, de valoriser, de réaffecter le patrimoine liégeois, d’en déceler le potentiel; de lui faire sauter une génération et le transmettant d’hier à demain, avec l’exigeante modestie d’aujourd’hui: Liège est une Cité millénaire, elle nous a précédé et nous survivra. La vigilance fait défaut et la créativité ne se décrète pas, tant s’en faut – elle s’émule.

Le deuxième a trait à la vision que les pouvoirs publics – intrinsèquement locaux, condition nécessaire mais pas suffisante – se font de l’aménagement du territoire, de la gestion de l’espace public, de la préfiguration des fonctions et des besoins. C’est probablement ici que le manque de matière grise, d’expertise et pour tout dire de vision se fait le plus cruellement ressentir: une vieille pierre qui vieillit mal c’est triste pour l’oeil, un aménagement raté ça se voit comme une verrue sur le nez et c’est souvent 20 ou 30 ans (et tant d’argent) de perdus.

Le troisième est celle des fonctions et de leur organisation, alors qu’elles sont souvent dans nos villes simplement juxtaposées au petit bonheur la chance. Logement, équipements collectifs, nature, transports et flux, commerce, industrie et services, ont des vocations différentes et des exigences propres. Comme des brins d’ADN ils peuvent se nouer harmonieusement, se compléter utilement. Les causes alimentant les conséquences, c’est parfois le logement raté qui fait échouer le commerce, tel équipement collectif boudé à cause d’un transport défaillant.

(Lire la suite…)

24jan

Salle de consommation à Liège : Ecolo consultera le secteur « assuétudes »

Un effet d’annonce, plusieurs (très grosses) inconnues. Voilà comment qualifier l’annonce du bourgmestre, Willy Demeyer, sur la reconversion de l’infrastructure de TADAM en salle de consommation. Ecolo, rappelons-le, est favorable à ces lieux de consommation à moindre risque, reconnus internationalement et existant dans les pays voisins. Cependant, cette stratégie de réduction des risques reste illégale en Belgique. Muriel Gerkens, présidente de la commission santé du Parlement fédéral, et Caroline Saal, cheffe de groupe au conseil communal, consulteront les principaux concernés par la création d’un tel dispositif, le secteur des assuétudes, en particulier celui de la réduction des risques.

(Lire la suite…)

24déc

Budget mobilité : nécessité d’une vision plutôt que des projets « one shot »

Cette année, c’est noël en avance pour les cyclistes à Liège. L’échevin de la mobilité et du budget a déposé sous le sapin 3 projets exemplaires en matière de mobilité cyclable : la création de 2 véritables corridors vélos : l’un entre le pont Kennedy et la place du XX aout (200.000€) l’autre, en rive droite, entre Grivegnée et Jupille (180.000€). Un troisième projet, fruit d’un subside Wallon cette fois, verra également le jour et permettra de relier la nouvelle passerelle Vivegnis à la gare d’Herstal (200.000€). Un budget total de 580.000€.

Une vraiment bonne nouvelle pour tous les liégeois, car, comme on le dit depuis longtemps, ce qui bénéficie au vélo bénéficie à toutes et tous : diminution de la congestion automobile, qualité de l’air, nuisance sonore, qualité de vie, …

Nous nous réjouissons donc de cet engouement du collège pour le vélo, poussé dans le dos par les citoyens qui ont soutenu massivement les propositions en faveur de la mobilité douce sur la plateforme réinventons liège. Ceci dit, nous déplorons que ce revirement arrive seulement maintenant, à un an des élections. Qu’est-ce qu’on aurait pu réaliser si ça avait été à effort constant depuis le début de la législature, d’autant plus que nous étions soutenu par le programme Wallonie Cyclable, grâce auquel nous avons perçu 800.000€ pendant 5 ans pour développer la pratique du vélo à Liège. Si la Ville avait pris cet engagement au sérieux, on serait en train d’inaugurer notre 25ème corridor vélo. Au lieu de ça, la majorité y est allée à reculons. Bilan : 67% des aménagements promis n’ont pas été réalisés.

En se penchant dans le détail du budget, on constate que les autres postes vélos diminue. On avait déjà prévenu l’an passé : avec la fin de Wacy, en 2018, la période des vaches maigres pour le vélo démarrera…

En effet, les budgets destinés aux actions de sensibilisation, communication ou de mise à disposition de vélos (location des Vélocités, programme pour les brevets cyclistes à l’école, projet « à vélo mesdames », …) diminue de près d’1/3 (2018 : 116.014 €) tandis que les recettes espérées des locations de vélos doublent (45.000€ au lieu de 23.000€ au compte 2016) ce qui est vraiment très optimiste (et pas très crédible) !

Nous regrettons que la ville n’ait pas anticipé la fin de ce subside afin de pérenniser ces services dans le temps.

Si les sommes allouées aux infrastructures cyclables sont louables, ne nous y trompons pas, la Ville n’a pas renoncé à donner la priorité à la voiture :

- Rappelons l’investissement dans le concept shop & drive pour un montant de 145.000€ qui sera inauguré en 2018 et qui nous coutera 19.000 € d’entretien par an, soit le budget « parking vélo » de réinventons liège pour toute l’année 2018 !

- Un autre investissement : l’affichage dynamique des parkings. L’une des contreparties du contrat avec JC Decaux qui ne figure donc pas dans le budget mais qui représente bien un coût caché pour les liégeois (montant estimé : 160.000 euros + les frais d’entretien).

- Autre dépense non budgétée : la gratuité du parking pendant les fêtes ! Un non-sens total, à l’heure où l’on a crucialement besoin d’organiser la rotation sur les places de parking et de limiter l’entrée des voitures dans le centre…

Ghandi disait « Change en toi ce que tu veux changer autour de toi ». Je me suis donc penchée sur les dépenses liées au parc automobile de la ville. Là non plus, pas de changement de paradigme en vue : 190.000€ (+1000€ par rapport à 2017) pour la location de voitures en leasing (et on ne parle pas de véhicules utilitaires), 52.400€ (+1000€ par rapport à 2017) pour la location d’emplacements de parkings, 835.000€ (+35.000€ par rapport à 2017) de frais de carburant (sachant que les échevins et directeurs généraux disposent d’une voiture de fonction et d’une carte essence).

Total de ces quelques articles : 1,4 millions d’euros. Et c’est sans compter le premier seau de bitume pour rénover les voiries (qui en ont bien besoin, là n’est pas mon propos).

Avec ce budget mobilité, en essayant de faire plaisir à tout le monde le collège finit par ne faire plaisir à personne, car en mobilité, on ne peut pas faire plus de tout ! Il faut une vision et poser des actes courageux.

Alors, la volonté était pourtant déjà là en 2012. Le collège écrivait dans le projet de ville « chaque année, de plus en plus de voitures entrent quotidiennement à Liège (240.000 selon les dernières estimations). Preuve de vitalité́, cet accroissement du nombre de véhicules ne peut se poursuivre indéfiniment. Une ville trop embouteillée, c’est une ville qui voit la qualité́ de vie de ses habitants diminuer et qui perd son attractivité » et d’inscrire dans les 12 projets d’hercule la création de parkings P+R et de deux parkings en centre-ville.

Le groupe Ecolo avait réagi : « En application des bonnes vieilles recettes, la majorité n’avance que sur la création des parkings en centre-ville (Avroy et Cockerill) et va encore plus loin que le projet de Ville puisqu’un 3ème se dessine place de l’Yser. Ces parkings ne font que renforcer les embouteillages et la pollution de la Ville, que la majorité dénonce par ailleurs dans son projet de Ville. On est en plein délire !!! ».

5 ans plus tard, force est de constater que nous avions raison : il n’y a que le parking de délestage de Vottem qui pointe le bout de son nez (et n’aura que peu d’impact pour la vallée). Par contre, deux nouveaux parkings en centre-ville, place de l’Yser, et rue Hors-Château, vont être inaugurés prochainement tandis que le collège nous rappelait encore ce lundi que les parkings Avroy et Cockerill faisaient toujours partie de ses priorités.

Pour conclure, nous constatons que le collège est coincé entre le vieux monde et le nouveau monde. Par exemple, un travail remarquable est réalisé dans le cadre de l’actualisation du plan communal de mobilité – qui prône des principes de mobilité durable, d’intermodalité et de partage équitable de l’espace public – mais nous regrettons que lorsqu’il s’agît d’appliquer les principes sur le terrain, ça se complique : le collège en revient au vieux réflexe du tout à la voiture…. Les Liégeois, eux, sont prêts à basculer du bon côté de la force, il ne leur manque plus que des élus prêts à se mouiller !

Site de la locale ECOLE de Liège. Follow us Facebook Twiter RSS