Nous, les Verts, avons la conviction que notre ville est une partie de la réponse pour améliorer la vie quotidienne. Partout dans le monde, des villes se sont lancées sur le chemin de la transition! Les clefs du changement sont entre nos mains. Ouvrons les portes. Avec vous !

Updated by @ecololocalelg

Actualités

21avr

Plan Liégeois Vélo PLV vs CHB Cerexhe Heuseux Beaufays

Ecolo veut faire des travaux du tram une opportunité pour développer la mobilité douce et durable, tout en évitant les difficultés inhérentes aux chantiers. Pour y parvenir, Ecolo propose d’adopter un Plan Liégeois Vélo supracommunal et de débloquer au niveau wallon un budget de crise de 30 millions d’euros pour l’arrondissement de Liège consacrés aux infrastructures cyclables pendant les 4 prochaines années.

“Une véloroute Huy-Visé et des liaisons vers les pôles d’emplois dans et autour de Liège”.

Sarah Schlitz : “La conférence des Bourgmestres de Liège recommandait la liaison CHB. Nous, élus verts de l’arrondissement, nous proposons des actions rapides, moins chères, en phase avec nos objectifs climatiques. Nous voulons la mise en oeuvre d’un Plan Liégeois Vélo”.

Veronica Cremasco d’enchaîner : “6 mois, c’est le délai qu’il reste aux Liégeois avant que les gros travaux pour l’aménagement du nouveau tram ne débutent. N’attendons pas que le tram soit là pour commencer à penser le reste des solutions de mobilité. Il y urgence aujourd’hui : les travaux du tram devraient se transformer en opportunité! Comme on le sait, ces travaux vont engendrer une série de ralentissements et de déviations. Anticipons-les et créons des liaisons cyclistes de qualité !

Sarah S : “Le PUM est une base timide. Soyons ambitieux. Je rêve d’une autoroute à vélo, le long de La Meuse, qui relie Huy à Visé en passant par Liège et le bassin sidérurgique. Ce sera du coup une solution rapide et sûre pour les travailleurs de la vallée afin de rejoindre leurs entreprises. Au Danemark, ça a pris moins de 10 ans. A court terme on peut déjà avancer.”

Veronica C : “Depuis la véloroute que Sarah évoque, il faut envisager un maillage cyclable cohérent pour qu’on puisse rejoindre les différents pôles d’emploi de la région. Par exemple, on sait que le zoning de Grâce Hollogne est assez mal desservi en bus. On pourrait imaginer un itinéraire qui relierait la N637 à la N3 en passant par Saint-Nicolas, Glain, Sainte-Marguerite. C’est d’ailleurs des propositions que Samuel Dufranne pousse au conseil communal de Saint-Nicolas”.

Sarah S: “Pareil sur la N3 à Fléron. Là, Claudy Mercenier, en tant qu’échevin de la mobilité, a fait un boulot remarquable en multipliant les aménagements pour le vélo un peu partout dans la commune : à Fléron le réflexe “je prends mon vélo…” devient réalité ! Mais dès qu’on franchit les frontières entre Fléron, Beyne-Heusay et Liège sur la N3, les contrastes sont saisissants : à Beyne les cyclistes sont confinés sur les trottoirs et à Liège ils risquent littéralement leur vie sur cette autoroute urbaine. Or c’est un accès principal à Liège et une connexion vers le reste de la vallée de La Meuse. C’est un axe qui pourtant est tout à fait aménageable !”.

D’autres solutions de mobilité, intermodales

Notons l’aménagement du parking P+R de Sainte-Walburge. On nous met un parking à vélo à côté de l’autoroute mais autour, les itinéraires sont peu développés, explique encore Veronica Cremasco. Il en est prévu un à Sclessin également. C’est bien mais il faut que les gens puissent aussi y arriver à vélo : développons l’axe Jemeppe, Tilleur, Sclessin, jusqu’au Val Benoit, tel que prévu par le PUM, mais sans attendre! L’enjeu ce n’est pas que de faire du cyclotourisme. C’est d’avoir des liaisons efficaces, rapides et sûres, qui concurrencent la voiture en terme de vitesse pour arriver au travail.”

Au-delà de ces solutions intermodales, il y a aussi des besoins importants pour les piétons en rénovant les trottoirs et renforcer la vitesse commerciale des bus avec les sites propres.

Bref Ecolo propose, plutôt qu’un CHB dont même la Sofico dit que c’est infinançable (600 millions d’€) un Plan Liégeois Vélo, supracommunal, 5 fois moins cher, et bien plus rapide à mettre en oeuvre. Nous voulons faire de Liège et sa région une ville qui soit pensée dans une vision intermodale et sortir du “tout-à-la-voiture”.

Pourquoi ça n’avance pas à Liège ?

Parce que la réflexion au niveau supra-communal n’existe pas vraiment dans l’arrondissement de Liège. La conférence des bourgmestres s’apparente davantage à une juxtaposition d’intérêts locaux qu’à un vrai organe de décision qui fonctionnerait de façon transparente et participative. Au contraire de la conférence des élus de Huy-Waremme, qui, elle, intègre les élus des différents partis pour construire ensemble une vision commune de l’arrondissement, au delà des clivages et des scrutins.

Mais les cyclistes, eux, n’ont rien à faire des frontières communales! Nous plaidons pour la mise en place d’une Commission Supracommunale Liégeoise du Vélo, intégrant des élus des différentes communes de l’arrondissement, mais aussi des acteurs associatifs et socio-économiques. Sa première mission serait d’actualiser le PUM pour rehausser les ambitions cyclables. Elle serait également en charge de l’adoption et de la mise en oeuvre du PLV.

La supracommunalité a toujours été au coeur du projet des écologistes. C’est d’ailleurs José Daras qui a mis en place les premiers outils régionaux en ce sens, insiste Veronica. Aujourd’hui ces outils sont progressivement concrétisés. Le PUM de Liège en est un exemple. Mais il reste du travail à accomplir pour qu’il soit rempli d’objectifs ambitieux qui amènent l’agglomération vers une politique de mobilité qui soit réellement progressiste.

Le vélo, une priorité d’Ecolo

Johan Tirtiaux, ancien responsable du GRACQ de Liège et candidat pour la première fois, fait du développement du vélo son cheval de bataille en politique. Son choix s’est naturellement porté sur Écolo “Sur 8 ans de militance vélo, j’ai pu constater qu’Ecolo est un des rares partis à avoir véritablement compris l’enjeu du vélo. Une enquête GRACQ – ULiège a montré qu’à Liège 6 personnes sur 10 utiliseraient davantage le vélo si des infrastructures de qualité étaient proposées ! Pour qu’un tel report modal se réalise il faut une vision et des moyens. ECOLO propose un nouveau Plan Wallonie cyclable assorti de moyens réellement ambitieux visant à atteindre, dans une agglomération comme Liège, 10% de part modale cyclable en 2030. Lors de la dernière législature, le ministre de la mobilité Carlo Di Antonio n’a accordé que 5€/an/habitant au vélo (Pays-Bas = 25€). Ecolo propose un financement annuel structurel de 25€/habitant/an assorti d’un budget supplémentaire exceptionnel pendant 4 ans de 25€/habitant/an destiné à rattraper le retard de la Wallonie. Avec de tels moyens, la Wallonie (et notamment les villes) pourra enfin évoluer rapidement en faveur du vélo, ce qui contribuera à répondre à l’urgence climatique, à l’amélioration de la qualité de l’air, au défi de la mobilité et surtout aux attentes de la population et notamment des jeunes.”

Sarah Schlitz, Députée fédérale et conseillère communale en charge du vélo

0472/42.87.83.

Veronica Cremasco, tête de liste à la région

0479/44.98.14.

Johan Tirtiaux, candidat à la région et militant du GRACQ Liège

0496/80.56.73.

01oct

Question écrite – mobilité pendant la foire de Liège

Monsieur le bourgmestre,

La foire de Liège commence à s’installer boulevard d’Avroy. Elle va attirer dans les prochaines semaines de nombreux visiteurs le plus souvent en voiture.

Cela engendre de nombreux problèmes de mobilité dans les quartiers avoisinants : embouteillages sur les quais et boulevard d’Avroy, stationnement sauvage entravant la circulation des piétons et cyclistes et/ou détruisant les plantations, suppression de la pseudo piste cyclable du boulevard d’Avroy, …

L’an dernier, le service des plantations avait anticipé le problème en plaçant des barrières nadars autour des pelouses de l’avenue Blonden et du boulevard Piercot. Certains dispositifs entravaient la circulation cycliste (des barrières étaient placées en travers des pistes cyclables). Pourriez-vous veiller à ce que cette situation ne se reproduise pas cette année ?

J’attire également votre attention sur l’importance de laisser un couloir dédié à la circulation piétonne et cycliste sur le boulevard d’Avroy, par exemple entre la bande des bus et la zone de foire. En effet, il s’agit de l’axe reliant le centre-ville à la gare des Guillemins, il doit impérativement être maintenu durant la période de foire.

Il y a un an au conseil communal je vous interrogeais déjà sur des solutions plus globales à mettre en place :
des parkings relais avec navettes comme c’est le cas pendant d’autre événements comme le marché de Noël ;
la négociation d’un partenariat avec la SNCB pour lancer un billet « excursion foire de Liège» ;
la présence de stewards dans le quartier aux heures d’affluence pour prévenir les comportements inciviques ;
la définition et le fléchage d’un itinéraire cyclable provisoire.

Voici les réponses que vous m’aviez apportée à l’époque :
60 places de stationnement riverain temporaires ont été créées tandis que plus de 1000 procès-verbaux visant à leur respect ont été dressés.
Des négociations ont été entamées avec une dizaine de propriétaires de parkings privés situés à proximité de la foire et vides en soirée. Aucune solution n’avait pu être trouvée mais les discussions se poursuivent.
La SNCB a été approchée mais elle n’a pas souhaité mettre en place de partenariat.
En ce qui concerne les parkings relais, les transports en commun, rien n’a été fait mais l’idée est intéressante.

Aucune réponse n’avait été apportée concernant les itinéraires cyclables.

Pourriez-vous me dire si vous avez pris cette problématique à bras le corps et quelles mesures ont été mise en place cette année ?

En vous remerciant d’avance pour vos réponses, je vous prie d’agréer, monsieur le Bourgmestre, mes considérations distinguées,

Sarah Schlitz

Conseillère communale

07sept

Notre bilan au CPAS

Voici quelques chantiers CPAS ouverts par la Voix Verte ces dernières années, qui se veulent durables et en lutte contre l’exclusion, mais aussi un bilan des questions posées encore et encore…

  • Nous avons obtenu un « Statut étudiant » accordé plus rapidement (procédure clarifiée) et un soutien d’aide scolaire/orientation qui doit être mis en place afin d’optimiser la réussite.
  • Nous défendons un OBJECTIF ZERO « SANS ABRIS », en intégrant toutes les données touchant à l’exclusion (santé physique/mentale, toxicomanie, logement,…).
  • Nous continuons à réclamer une révision du fonctionnement institutionnel global avec une aide extérieure. Nous voulons plus de transparence dans la gestion, tant des dossiers des bénéficiaires (en audition, nous pouvons constater parfois la partialité du traitement de dossiers liée à la surcharge et la fatigue), que des pratiques institutionnelles. Avec un focus particulier sur la gestion du personnel = bien être au travail et dans les équipes, certificats médicaux, burnout, démissions, mutations et transferts,…Dans le travail social, aide et contrôle social font un mélange délicat et demande une formation solide en aide contrainte.
  • Nous sommes particulièrement attentifs aux situations des enfants dans les familles en difficultés (quelles aides/synergies avec autres services concernés).
  • Nous avons régulièrement mis sur la table les conséquences des avancées légales sur les notions de « cohabitation » et de « respect de la vie privée » appliquées aux bénéficiaires du revenu d’intégration.

 

 

Christine Relekom et André Verjans

Conseillers CPAS

20août

Intervention policière lors des festivités du 15 aout

Les conseillers communaux Ecolo ont été interpellés par plusieurs citoyens témoignant d’une intervention policière musclée durant les festivités du 15 août. Afin de faire la lumière sur les circonstances et la proportionnalité de l’intervention, nous avons adressé cette question écrite au bourgmestre :

« Monsieur le Bourgmestre,

Plusieurs témoignages nous reviennent concernant une intervention policière survenue durant les festivités du 15 aout.

Un peloton de policiers est intervenu aux alentours de 4h30 du matin la nuit du 14 au 15 aout rue des Récollets, dans le quartier d’Outremeuse.

Les témoignages relatent une intervention particulièrement violente : la police aurait chargé dans la foule sans prévenir, certaines personnes se seraient retrouvées à terres, piétinées par le mouvement de foule, la police aurait également fait usage de gaz lacrymogènes.

Nous nous interrogeons sur les circonstances de cette intervention. Pourriez-vous nous éclairer sur ces différents éléments :
S’agissait-il d’un peloton de la police locale ou fédérale ?
Qui a donné l’ordre d’intervenir ?
Quel objectif légitime était poursuivi justifiant le recours à la force ?
En quoi le recours à la force était-il raisonnable et proportionné ?
Cet objectif n’aurait-il pu être atteint autrement ?
Combien de policiers ont pris part à l’intervention ?
Combien de personnes ont été ciblées par l’intervention ?
Quelles armes ont été utilisées ? A-t-il été fait usage de tasers ? Qu’est ce qui justifie ce choix ?
L’intervention policière a-t-elle été précédée d’un avertissement ?

En vous remerciant d’avance pour vos réponses, veillez recevoir, monsieur le Bourgmestre, l’expression de notre considération distinguée.

Caroline Saal
Quentin le Bussy
Olivier Bierin
Daniel Wathelet
Guy Krettels
Sarah Schlitz »

01août

De la transparence avant toutes choses…

La transparence: un principe et une exigence.

Plus que quelques mois avant les élections… Plus que quelques mois pour savoir quels candidats nous voulons voir œuvrer au développement de notre Ville de Liège. 

Est-il encore possible, après les récents scandales politiques qui ont déchiré les partis traditionnels, de croire en l’honnêteté des candidats ?

Répondre non serait un aveu de faiblesse et un abandon que nous ne pouvons pas nous permettre pour le bien de notre Ville, pour le bien de nos quartiers et pour le bien des Liégeois. 

Répondre oui suppose de dire les choses clairement et de se présenter devant l’électeur sans ambiguités. C’est ce que nous nous proposons de faire: les têtes de liste de Vert Ardent vous livrent ainsi les mêmes informations que celles fournies à la Région Wallonne dans le cadre de la “déclaration de mandat et de rémunérations” à rendre pour ce 31 juillet 2018 au plus tard concernant l’année 2017.

  (Lire la suite…)

22juin

Travaux rue Hors-Château : et si on y créait une rambla pendant l’été ?

Les travaux de rénovation de la rue Hors-Château ont débuté ce lundi et dureront tout l’été. Et si, plutôt que de s’en plaindre, on s’en réjouissait ? C’est l’opinion de Sarah Schlitz, conseillère communale et fervente défenderesse des modes doux à Liège.

Aucun liégeois n’a pu l’ignorer : l’état de dégradation de la rue Hors-Château était devenu critique. Ornières, nids de poule, et pavés déchaussés rendaient la circulation très inconfortable pour les automobilistes et usagers des transports en commun, et carrément dangereuse pour les deux roues (vélos et motos). Sa rénovation était devenue urgente.

Urgente… Au point de se passer de consulter la population, la commission consultative vélo ou même les conseillers communaux sur les aménagements ?

En effet, à l’aboutissement des travaux dont le budget est estimé à 444.000€, la rue va être refaite à l’identique. Pourtant, ce chantier était l’occasion rêvée de régler certains points faibles de cet axe stratégique. Dans la première partie de la rue, on aurait pu envisager l’élargissement des trottoirs et l’installation de « bandes confort »1 pour les vélos, la création de « dépose-minute », la plantation d’arbres… Il y avait assurément quelque chose à co-construire.

Hors-Château est l’une des rues les plus polluées de Liège mais également l’une des plus fréquentées par un public jeune, plus sensibles encore à la pollution. Ecolo proposait en mars d’étudier la possibilité de mettre la rue Hors-Château en « rue scolaire ». Cette rénovation aurait été une occasion d’implémenter ce projet.2

Autre élément préoccupant : avec l’arrivée du tram, en 2021, les bus ne circuleront plus dans cette rue. Que deviendra alors la bande des bus ? N’était-ce pas le moment d’anticiper cette reconversion ?

C’est donc ce lundi qu’ont débuté les travaux dans le mécontentement général. Les usagers de la rue, dont les nombreux parents, n’avaient pas été informés de sa fermeture, et la signalisation n’a pas permis d’éviter le chao dans tout le quartier.

Et si, au lieu de vivre ces travaux comme une contrainte durant tout l’été, on saisissait l’opportunité de sa piétonisation forcée pour en faire une rambla temporaire, un lieu vivant, convivial, qui pourrait bénéficier aux riverains mais aussi aux nombreux commerces ?

En collaboration avec le comité de quartier, des animations pourraient y être organisées, les commerçants pourraient y installer des étals, les établissements Horeca déployer leurs terrasses et les enfants du quartier pourraient y jouer en toute sécurité. Cela nécessiterait un dialogue avec l’entrepreneur pour maintenir un maximum l’accès aux commerces à pied et vélo.

Le collège peut encore sauver l’été des liégeois du centre-ville, saisira-t-il cette opportunité ?

1 A l’instar de celles réalisées à Mons récemment et recommandées par le GRACQ :

http://www.gracq.org/actualites-du-velo/revetement-cyclable-limpact-sur-notre-systeme-nerveux

2 http://www.liege.ecolo.be/2012/?page_id=4024

 

Crédit photo : Laetitia De Zordi

13juin

Multiplication des tentes de SDF à Liège. Pour Ecolo, il faut agir « avant la rue »

Les tentes apparues dans le parc du Potay sont venues s’ajouter à d’autres. Ecolo tirait déjà la sonette d’alarme l’ hiver dernier et présentait son plan Zéro sans-abrisme. Cet épisode nous rappelle combien la question de l’accès à un logement se pose toute l’année. « Pour les écologistes, il est prioritaire d’agir avant que la personne ne soit à la rue. On sait que les conditions de vie en rue dégradent très rapidement la santé des personnes, engendrent beaucoup de stress, les confrontent à la violence », expliquent Caroline Saal et Guy Krettels, qui suivent le dossier depuis plusieurs années.

Les deux conseillers communaux insistent : « Outre les programmes de relogement, la Ville a des leviers, qui peuvent être actionnés rapidement ».  (Lire la suite…)

11juin

A Liège, Ecolo sera Vert Ardent !

Chères militantes, chers militants,

Nous voici presque arrivés au terme de la législature 2012-2018. Le mois d’octobre prochain sera un moment capital pour l’écologie politique à Liège. A la Province comme à la commune, nous porterons un projet écologiste fort. Attention cependant : « Ecolo » ne sera pas inscrit sur votre bulletin de vote communal. Le choix écologiste à faire à Liège sera « Vert Ardent ».

 

Pourquoi ?

Ecolo a toujours voulu faire de la politique autrement. Il y a deux ans, différents constats nous ont convaincu d’aller un pas plus loin : 20% d’abstentions à Liège, des pratiques politiques clientélistes et scandaleuses démontrées dans Publifin, une majorité politique à la traîne face aux enjeux du 21e siècle.

Ailleurs, la transition écologique de Grenoble, les mouvements citoyens espagnols ou encore le mouvement Projet Montréal nous inspiraient. Or Liège est une terre millénaire de revendications citoyennes. Elle vit, elle s’anime grâce à ses habitants, à leur potentiel associatif, économique, culturel, militant. C’est son histoire naturelle, et nous pensons que la réconciliation entre les responsables politiques et les électeurs viendra d’une démocratie participative.

C’est pourquoi nous avons décidé de réunir, au-delà des étiquettes de parti, ceux et celles qui voulaient une ville belle, durable, écologique, solidaire, ouverte. A notre initiative, s’est constitué un mouvement éco-citoyen, Vert Ardent. Outre Ecolo et le parti Demain, il rassemble de nombreuses personnes, issues des différents quartiers de la ville, de différentes générations. Aujourd’hui, nous construisons ensemble un programme écologiste, progressiste, dans un processus ouvert au public.

En tant que mandataires écologistes, nous sommes très fiers de notre travail politique de ces six dernières années. Nous avons mené une opposition ferme face à un Collège qui a manqué de vision et laisse une ville aux caisses vides, aux embouteillages polluants, où la pauvreté touche de trop nombreuses personnes. Notre travail fut aussi constructif, et nous avons obtenu entre autres « Liège ville hors TTIP », l’instauration des rues à jouer pour les enfants, la rediffusion sur internet des conseils communaux, le permis de végétaliser, et, non des moindres, un accord politique unanime contre les visites domiciliaires chez les personnes accueillant des personnes migrantes.

Ce travail ne disparaît pas avec Vert Ardent, et c’est avec les mêmes convictions que nous continuerons à le porter. Aujourd’hui, nous nous mettons simplement au service d’un collectif plus large et stimulé d’une nouvelle énergie. L’ensemble de la locale se consacre à ce projet ambitieux, novateur et stimulant. Nous espérons que ce projet se fera avec vous.

Et maintenant ?

Nous vous donnons rendez-vous aux prochaines étapes de Vert Ardent. Nous sommes aussi chaque weekend dans un quartier liégeois différent. Venez-nous rencontrer ! Retrouvez toutes les infos sur www.vertardent.be

Merci de votre lecture et au plaisir de faire gagner ensemble l’écologie politique,

Caroline Saal, cheffe de groupe Ecolo au Conseil communal et tête de liste Vert Ardent

 Quentin Le Bussy, Sarah Schlitz, Guy Krettels, Daniel Wathelet, Olivier Bierin, conseillers communaux

André Verjans, chef de groupe Ecolo au Conseil de l’action sociale

Christine Relekom, conseillère à l’action sociale

Matthieu Content, conseiller provincial

 Jean Danis, Myriam Fatzaun, Rémi Gemenne, Véronique Willemaert, coprésidents locaux

VOTRE AIDE NOUS SERA PRECIEUSE !

  • Une affiche de pré-campagne à votre fenêtre ?

  • Vous souhaitez présenter la démarche Vert Ardent à vos voisins, vos amis, votre réseau… ? Organisons un apéro Vert Ardent, et deux candidats viennent présenter le projet chez vous !

  • Envie de distribuer des tracts, de nous accompagner à un événement  ?

Ecrivez à contact@vertardent.be

29mai

Réaction de la Locale Ecolo de Liège suite aux événements de ce mardi 29 mai

La Locale Ecolo de Liège transmet tout son soutien aux victimes, à la Zone de Police de Liège, au lycée de Waha, à leurs proches et à leurs collègues.

Nous tenons à remercier les policiers pour leur gestion exemplaire de cet acte ignoble. Nous saluons également le courage de l’équipe du Lycée de Waha et aux différents services mobilises.

Comme l’ensemble des Liégeois et des Liégeoises, nous sommes bouleversés par cette tragédie. En ces moments douloureux, souvenons-nous que Liège, toujours, se relève grâce à la fraternité des siens.

Nous suivrons avec beaucoup d’attention les développements. Nous avons averti le bourgmestre de notre disponibilité à toutes fins utiles.

 

Caroline Saal, cheffe de groupe Ecolo au Conseil Communal

Rémi Gemenne, co-president local

23mar

Provinciales 2018: une équipe au service de la transition écologique

Ecolo est fier de vous présenter les premiers candidats qui conduiront la liste ECOLO Liège sur le district de Liège pour les élections provinciales d’octobre 2018.

Le Groupe Ecolo du district provincial de Liège, s’est réuni ce mardi 20 mars en assemblée générale pour désigner ses candidats aux places « stratégiques » pour les élections provinciales de 2018. C’est une équipe ambitieuse alliant mandataires expérimentés et jeunes candidats prêts à prendre leurs responsabilités. Ensemble, ils souhaitent faire de la Province un outil au service des citoyens en matière de mobilité, de culture, de santé et de transition énergétique. (Lire la suite…)

This theme is brought to you by Salesforce CRM. Follow us Facebook Twiter RSS